DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Timitar : reggae et fraternité

Cult

Timitar : reggae et fraternité

En partenariat avec

Le reggae s’est invité au “Festival Timitar”:
http://www.tikenjah.net à Agadir. Sur scène l’Ivoirien Tiken Jah Fakoly qui a défendu le reggae une musique dont les valeurs s’opposent au terrorisme.

Tiken Jah Fakoly : “Effectivement c’est un problème aujourd’hui, les extrémistes religieux mais c’est un mal mondial, c’est toute le monde qui est touché, donc il faut un combat commun et une solution commune, je pense que effectivement c’est très très grave pour l’Afrique parce que nous nous sommes un continent de l’avenir et le terrorisme aujourd’hui je pense que c’est très très dangereux pour la santé de notre développement. Le reggae parle de l’unité le reggae lutte contre le racisme, le reggae parle de la fraternité, donc je pense que le reggae a vraiment son rôle à jouer dans le monde aujourd’hui.”

Djmawi Africa mélange plusieurs styles. Le groupe algérien fait partie des pionniers dans le Maghreb à avoir revisité la musique traditionnelle. Chaabi, Gnaoua, Rock et Reggae se retrouvent dans sa musique.

Abdelaziz Elksouri : “Les rythmes sont très universels avec les mélodies qui sont plus locales donc du Magreb, d’Algérie, du Maroc tous ça. Donc, je pense que c’est le mélange qui parle un peu au corps et c’est un peu une caractéristique des concert qu’on fait, on parle au corps, ca bouge surtout les gamins.”

Achraf, Khalifa et Mouhcine ont créé le groupe de hip hop “Fnaïre” en 2001. Leurs textes font références aux problèmes de la jeunesse marocaine aux prises entre tradition et modernité.

Leur dernière clip Chayeb a été vu plus de 15 millions de fois.

Khalifa : “Nos messages restaient toujours positivs dans la vie et c’est pas facile on sait bien que c’est pas facile. C’est pas facile d‘être positive mais on essaye de pousser vers l’avant on essaye de développer des idées vers la positivité.”

Mouhcine : “On doit s’aimer, et aimer la vie pour avancer ensemble dans la vie.”

Abdellah Daoudi est un des maîtres de la musique châabi dont le seul but est de divertir. Le violoniste a fait la fermeture de Timitar en se produisant sur la place Al Amal devant des dizaines de milliers de personnes. On considère qu’en quatre jours ce sont plus de 500 000 personnes qui sont venues au festival.

Prochain article