DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un prêtre égorgé dans une église de Normandie, Daech "revendique" l'attentat

monde

Un prêtre égorgé dans une église de Normandie, Daech "revendique" l'attentat

Publicité

Le groupe Etat islamique “revendique” l’attentat ce matin dans l‘église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen.

Quelques minutes après l’annonce du président Hollande selon qui il s’agissait de “terroristes de Daesh”, le groupe terroriste a récupéré l’attaque en affirmant que les deux attaquants faisaient partie de ses “soldats”.

Une attaque brutale et soudaine

Les deux hommes, armés de couteaux, sont arrivés dans l‘église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), une commune populaire de 29.000 habitants située dans l’agglomération de Rouen, à l’heure de la messe matinale, vers 09h30. Ils ont pris en otages cinq personnes qui se trouvaient à l’intérieur, ont tué un prêtre et grièvement blessé une autre personne qui se trouve toujours entre la vie et la mort.

A leur sortie de l‘église, les deux preneurs d’otages se sont retrouvés face à face avec des hommes de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) de Rouen et ont été tués par les policiers.

La police a par la suite affirmé que les deux hommes étaient munis d’armes blanches, d’“un vieux pistolet inopérant” et d’un “dispositif factice” d’explosifs.

Le prêtre à la retraite donnait un “coup de main”

Le père Jacques Hamel, prêtre auxiliaire de la paroisse de 85 ans, a été égorgé. Selon le site internet du diocèse de Rouen, il était né en 1930 à Darnétal, une commune de Seine-Maritime. Ordonné prêtre en 1958, il avait fêté son jubilé d’or en 2008. Le curé de la paroisse, Auguste Moanda-Phuati, a présenté sur RTL le père Hamel comme un prêtre à la retraite donnant encore “des coups de main“. Il “était très bien connu parce que ça fait plusieurs années qu’il est là“, a-t-il ajouté. “C’est plutôt quelqu’un d’apprécié par les bénévoles, de discret, soucieux, proche de la population, sans aucune volonté d’affichage de sa foi ou de prosélytisme“, a décrit à l’AFP Christophe Leroy, délégué départemental du Secours catholique – Caritas France.

François Hollande et Bernard Cazeneuve se sont rendus sur place.

Un terroriste pourtant connu des services

Selon une source proche de l’enquête, un homme a été placé en garde à vue dans l’après-midi.

Selon les premiers éléments de l’enquête, un des deux hommes était connu des services antiterroristes. Il avait par deux fois, en 2015, tenté de rejoindre la Syrie, une première fois via l’Allemagne, alors qu’il était mineur, mais il avait été interpellé. Il était majeur lors de sa seconde tentative de départ, via la Suisse, puis la Turquie où il avait été arrêté. Il avait ensuite été renvoyé en Suisse puis remis à la France. Le jeune homme avait alors été mis en examen et écroué pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, placé en détention provisoire, avant d‘être libéré et placé sous bracelet électronique.

La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête, confiée à la Sous-direction antiterroriste (SDAT) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Plusieurs djihadistes dans le viseur de la justice sont par ailleurs originaires de Normandie, notamment Maxime Hauchard, un converti à l’islam identifié fin 2014 comme l’un des bourreaux de l’EI, qui a grandi dans une commune près de Rouen.

Les églises en ligne de mire ?

Le Vatican a réagi à l’attaque en se disant “particulièrement frappé parce que cette violence horrible est intervenue dans une église, un lieu sacré où s’annonce l’amour de Dieu”.

Les lieux de culte, parmi lesquels les 45.000 églises catholiques en France, figurent parmi les cibles de l’organisation Etat islamique.

La menace d’une attaque contre un lieu de culte chrétien est redoutée depuis plusieurs mois en France, notamment depuis l‘échec d’un projet d’attentat en avril 2015 contre une église catholique de Villejuif (Val-de-Marne). Un étudiant algérien de 24 ans, Sid Ahmed Ghlam, est soupçonné d’avoir voulu prendre pour cible cette église, et peut-être d’autres lieux de culte catholiques en région parisienne, et d’avoir tué sur son passage une professeure de fitness, Aurélie Châtelain. L’homme avait été arrêté avant qu’il puisse mettre son projet à exécution.

Cette prise d’otages intervient douze jours après l’attaque au camion menée le soir du 14 juillet sur la Promenade des Anglais à Nice. Cette attaque, qui a fait 84 morts et plus de 300 blessés, a été revendiquée par l’organisation djihadiste, également à l’origine des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis (130 morts).

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article