DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Malcom Kenyatta: "même les Républicains afro-américains ont peur de ce que Donald Trump pourrait faire"

monde

Malcom Kenyatta: "même les Républicains afro-américains ont peur de ce que Donald Trump pourrait faire"

Publicité

Notre correspondant à Washington, Stefane Grobe était à la convention Démocrate de Philadelphie. Il a rencontré Malcolm Kenyatta, délégué de Pennsylvanie.

Est-ce qu’Hillary Clinton peut recueillir le soutien des électeurs afro-américains, comme Barack Obama l’a fait il y a 4 ans?

Malcom Kenyatta : “Je suis persuadé qu’Hillary a toutes ses chances et les sondages vont dans mon sens. Je pense qu’elle peut même faire encore mieux que lui, pas parce que la communauté afro-américaine n’aime pas Barack Obama, mais parce que même les Républicains afro-américains ont peur de ce que Donald Trump pourrait faire. Mais je pense que celle qui a vraiment aidé à obtenir le soutien de ces électeurs est Michelle Obama. C‘était de loin son meilleur discours. L‘énergie dans la salle était palpable.”

Michelle Obama est très populaire, on ne peut pas en dire autant d’Hillary Clinton. Comment va-t-elle pouvoir faire face à ce défaut de popularité dans la campagne présidentielle ?

Malcon Kenyatta: “Ce qui joue en faveur d’Hillary c’est qu’on a déjà vu la même histoire avant. Quand Hillary Clinton se lance dans une campagne électorale, elle a tendance à ne pas partir favorite, mais une fois qu’elle est en poste, sa côte de popularité explose. Regardez sa côte quand elle était secrétaire d’Etat, je crois qu’elle était à 67% d’opinions favorables. Elle était la personne politique la plus populaire. On a eu une grosse primaire. Ce n‘était pas le genre de primaire auquel tout le monde s’attendait, mais Bernie Sanders a dynamisé notre parti, dynamisé notre pays et je pense que vous allez bientôt voir les supporters de Sanders rentrer à la maison. Tous les jours je discute avec des gens qui auraient pu venir ici en disant “c’est Bernie ou rien” mais ils comprennent que s’ils restent dans le camp du “rien” , ça veut dire qu’on va détruire les espoirs de toutes les familles immigrées de venir ici en quête d’une meilleure vie, détruire tout espoir d’un meilleur salaire et détruire le socle de notre pays.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article