DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Uber a perdu la bataille de Chine

entreprises

Uber a perdu la bataille de Chine

Publicité

Uber, leader mondial des réservations de voiture avec chauffeur va céder ses activités en Chine à l’application rivale Didi Chuxing au terme d’une bataille épique pour la conquête de l’empire du milieu. La valorisation du groupe fusionné est estimée à 35 milliards de dollars. Uber, qui continuera d’opérer indépendamment dans le pays, détiendra 20% des parts.

Le leader chinois Didi Chuxing, né de la fusion des applications Didi Dache et Kuaidi Dache il y a deux ans, obtiendra une participation minoritaire dans Uber en investissant un milliard de dollars. Cela portera la valorisation du groupe californien à 68 milliards de dollars.

La fusion va permettre à Uber de se dégager des marges d’investissement en vue d’une une cotation en Bourse : cela fait trois ans que les deux entreprises luttent sa merci pour dominer ce marché colossal… aux dépends de leur rentabilité. Uber qui a perdu plus d’un milliard de dollars par an en Chine, ne réalise qu’environ 10% des réservations de véhicules privés avec chauffeur, Didi Chuxing 87%.

“J’ai appris que le succès venait d‘écouter sa tête autant que son coeur. Servir durablement les villes chinoises n’est possible qu’avec une entreprise rentable”, a écrit Travis Kalanick, le charismatique patron d’Uber sur sa page Facebook ce lundi. Il qualifié Didi d’“adversaire redoutable”.

Didi Chuxing, soutenu par les géants chinois Tencent et Alibaba et associé à Lyft, le principal rival d’Uber n‘était pas rentable non plus en Chine. Il enchaînait les levées de fonds impressionnantes, comme la dernière fin juillet d’un montant de 7,3 milliards de dollars, grâce notamment à l’investissement d’Apple.

Le groupe fusionné devrait parvenir à dégager des bénéfices : il disposera d’un monopole quasi-absolu en Chine.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article