DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Operalia : la magie Domingo opère à Guadalajara

musica

Operalia : la magie Domingo opère à Guadalajara

En partenariat avec

L’excellence était plus que jamais au rendez-vous de la 24ème édition d’ Operalia, à Guadalajara, au Mexique.

Un niveau exceptionnel

Le jury a eu beaucoup de mal à départager les quarante jeunes chanteurs sélectionnés sur un millier pour participer au prestigieux concours lyrique annuel fondé par Plácido Domingo.

Marco Parisotto, directeur musical du théâtre Degollado, y siégeait. Il raconte : “Plácido Domingo lui-même nous a dit – au jury – qu’il n’avait jamais vu une chose pareille dans l’histoire d’Operalia : tant de chanteurs avec un tel talent ! Vous savez, nous avons choisi 12 finalistes. Officiellement, il devrait y en avoir 10. Mais il y avait tellement de grandes voix que nous ne pouvions pas renoncer ne serait-ce qu‘à deux de plus !

Elsa Dreisig et Keon-Woo Kim : force et élégance

Puissance vocale, charisme et élégance : le ténor Sud-Coréen Keon-Woo Kim, 30 ans, et la soprano franco-danoise Elsa Dreisig, 25 ans, ont finalement conquis le jury et le public.

Oh que c’est bon ! C’est vraiment, vraiment bon ! Je ne suis qu’un débutant donc, au départ, c‘était difficile émotionnellement… J’avais peur, exactement, peur ! “ reconnaît Keon-Woo Kim en sortant de scène, à peine remis de ses émotions. Il faut dire que sa vocation remonte au jour où il est allé écouter Plácido Domingo chanter au stade olympique de Séoul. Il avait tout juste 9 ans.

On est tous en train de se dire, bon, qui va gagner ? Et c’est beaucoup de travail, c’est un plaisir immense !“ confie de son côté Elsa Dreisig.

Plácido Domingo, président et fondateur d’Operalia, a participé aux réunions du jury, sans pour autant voter. Pour lui, le choix des vainqueurs s’est imposé au fil des épreuves.

Ils ont été très forts dès la première sélection, puis en demi-finale, et encore aujourd’hui. Parfois, ça ne se passe pas comme ça, parfois il y a une surprise, vous savez. Quelqu’un surgit soudain de nulle part et gagne. Non, ils ont été très constants, très constants,“ estime le Maestro.

Guadalajara ou les débuts de Domingo

C’est la première fois qu’Operalia se déroulait à Guadalajara. Un retour aux sources pour le ténor espagnol, qui y a vécu. Une longue histoire le lie d’ailleurs au théâtre Degollado. Il y a fait ses débuts en 1957, quand il avait 16 ans, s’y est produit de nombreuses fois depuis et notamment en 1966.

Il y a exactement 50 ans, je chantais dans ce théâtre pour son centième anniversaire ! Donc c’est fantastique pour moi d‘être ici, 50 ans plus tard et d‘être toujours actif, vous savez ! C’est merveilleux !“ s’enthousiasme-t-il.

L’avenir leur appartient

Parce qu’il leur permet de se produire devant les plus grands directeurs d’opéra au monde, Operalia est un véritable tremplin vers une carrière internationale. La compétition terminée, les lauréats se prennent à rêver.

Le rôle de mes rêves, c’est d’interprêter Roméo dans Roméo et Juliette de Gounod,“ confie Keon-Woo Kim.

Quant à Elsa Dreisig, elle espère marcher sur les traces des femmes de sa famille : “maintenant, ce que j’espère c’est, voilà, c’est chanter sur scène. J’aime bien les concours, je dois dire que je trouve ce dépassement de soi agréable, mais il n’y a rien de tel que d‘être sur scène.”

Palmarès Operalia 2016

Premiers prix : Keon-Woo Kim, Corée du Sud / Elsa Dreisig, France, Danemark

Deuxièmes prix : Bogdan Volkov, Russie / Marina Costa-Jackson, Italie, USA

Troisièmes prix : Rame Lahaj, Kosovo / Olga Kulchynska, Ukraine

Prix Birgit Nilsson : Brenton Ryan, USA

Prix Pepita Embil Domingo (Zarzuela) : Marina Costa-Jackson, soprano, Italie, USA

Prix Don Plácido Domingo Sr. (Zarzuela) : Juan Carlos Heredia, baryton, Mexique et Nicholas Brownlee, baryton-basse, USA

Prix du public : Keon-Woo Kim, ténor, Corée du Sud / Elena Stikhina, soprano, Russie

Prix Culturarte : Elena Stikhina, soprano, Russie

ALL VIEWS

Touchez pour voir
Prochain article