DERNIERE MINUTE

Turquie : l'Autriche veut stopper le processus d'adhésion à l'UE

Le chancelier autrichien plaide pour que Bruxelles arrête les négociations d'adhésion à l'UE avec Ankara, mettant en avant des failles démocratiques et des "disparités économiques".

Vous lisez:

Turquie : l'Autriche veut stopper le processus d'adhésion à l'UE

Taille du texte Aa Aa

La Turquie candidate à l’Union européenne : voilà un projet qu’il vaudrait mieux abandonner selon le chancelier autrichien.

allviews Created with Sketch. Point of view

"Nous devons craindre que la Turquie ne soit sur le chemin de la dictature."

Christian Kern Chancelier autrichien

Dans une interview accordée au journal Die Presse, ainsi qu‘à la télévision publique ORF, Christian Kern met en cause le régime de Recep Tayip Erdogan, évoquant des “problèmes au niveau démocratique“ et trop de “disparités économiques“.

Des propos très mal pris par Ankara : “Il a dit que les négociations entre l’Union européenne et la Turquie n‘étaient rien d’autre que de la fiction diplomatique, a déploré Omer Celik, le ministre turc des Affaires européennes . Franchement, c’est très dérangeant car ces propos sont similaires à ceux de l’extrême droite en Europe.

Pour le chancelier autrichien, les mesures du gouvernement turc à la suite du coup d‘état avorté font craindre un basculement vers la dictature, et bloquent le chemin vers l’UE. “Nous devons craindre que la Turquie ne soit sur le chemin de la dictature (…), les premières mesures vont en ce sens“, a souligné Christian Kern.

Ces négociations sont vides, en réalité il n’y a aucun progrès significatif. La procédure continue ainsi depuis des années, sans aucune étape importante pour atteindre l’objectif (…), a-t-il ajouté. Dans la situation actuelle, en étant réaliste, il n’y a pas de chance de voir le processus d’adhésion aboutir.

Malgré les critiques, la Turquie possède un atout majeur dans le jeu européen : sa coopération dans la crise des réfugiés est jugée essentielle par l’Autriche, comme tous les pays de l’Union européenne.

Le 31 juillet, Ankara avait menacé de rompre le pacte migratoire si Bruxelles n’instaurait pas l’exemption des visas en Europe pour les citoyens turcs d’ici octobre 2016.

Le chancelier autrichien a en tout cas prévu de poursuivre son plaidoyer contre l’adhésion de la Turquie, lors du Conseil européen en septembre prochain.

avec Agences, Courrier international