DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Municipales en Afrique du Sud : recul historique de l'ANC qui perd Pretoria

monde

Municipales en Afrique du Sud : recul historique de l'ANC qui perd Pretoria

Publicité

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Encore une défaite de plus pour le parti de Nelson Mandela.

L’ANC, le Congrès national africain, a subi un revers historique lors des élections municipales en Afrique du Sud. Ce samedi, la capitale Pretoria vient se rajouter à la liste des villes hautement symboliques, perdues par le parti au pouvoir.

Une véritable claque pour le président déjà très contesté, à l’image de plusieurs jeunes femmes venues rappeler l’affaire de viol dans laquelle Jacob Zuma avait été blanchi. Celles-ci ont brandi des pancartes durant le discours du président samedi soir, alors que les résultats définitifs officiels étaient communiqués.

Jacob Zuma tente de prendre la situation avec philosophie : “Ces élections ont été très disputées, entre plusieurs partis qui ont mis en avant leurs arguments avec passion, pour tenter de conquérir les électeurs. C’est de cette manière que cela doit se passer en démocratie“.

Avec 53,9% au niveau national, l’ANC enregistre le score le plus bas de son histoire, depuis son arrivée au pouvoir et la fin de l’apartheid en 1994. Ces dernières années, même après le retrait de la figure historique du parti, Nelson Mandela, l’ANC était habitué à remporter confortablement chaque scrutin, avec plus de 60% des suffrages.

De quoi se réjouir pour Mmusi Maimane, le leader de l’Alliance démocratique (DA). Son parti conserve la ville du Cap et remporte notamment Pretoria, avec 43,1% contre 41,2% pour le parti au pouvoir.

A Nelson Mandela Bay, sixième métropole du pays qui englobe Port Elizabeth, un bastion de la lutte contre l’apartheid, le camouflet est encore plus grand: la DA l’emporte avec 46,7% des voix contre seulement 40% pour l’ANC.

Notre soutien a grandi dans toutes les communautés et particulièrement dans les bastions de l’ANC“, s’est réjoui samedi le leader de la DA Mmusi Maimane, soulignant les progrès dans l‘électorat noir alors que sa formation a longtemps été considérée comme un “parti de Blancs“ en Afrique du Sud.

L’ANC peut se consoler avec sa victoire à Johannesburg, mais sans majorité absolue, le parti devra désormais trouver des alliés pour garder le contrôle de la plus grande ville du pays, considérée comme la capitale économique.

Dès vendredi, le vice-président de l’ANC et de l’Afrique du Sud Cyril Ramaphosa reconnaissait que le parti devait mener son “introspection“. Ces résultats sont de mauvaise augure pour la présidentielle de 2019.

Sur son compte Twitter, le parti d’extrême gauche EFF (Economic Freedom Fighters), fondé en 2013 par d’anciens membres de l’ANC, révèle un sondage révélateur : si le parti devait faire une coalition, 62% des internautes pencheraient pour l’Alliance démocratique de Mmusi Maimane.

avec AFP

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article