DERNIERE MINUTE

De la favela à l'or olympique : la belle histoire de Rafaela Silva

La “Cité de Dieu” : l’une des favelas les plus connues de Rio de Janeiro, immortalisée dans la littérature et au cinéma.

Vous lisez:

De la favela à l'or olympique : la belle histoire de Rafaela Silva

Taille du texte Aa Aa

La “Cité de Dieu” : l’une des favelas les plus connues de Rio de Janeiro, immortalisée dans la littérature et au cinéma. En cette période de Jeux olympiques, elle aurait pu être rebaptisée la “Cité d’or”. Car c’est ici qu’a grandi la judoka brésilienne, Rafaela Silva, qui a remporté lundi la première médaille d’or pour son pays.

allviews Created with Sketch. Point of view

"La communauté est contente parce que Rafaela n'oublie pas d'où elle vient. Certaines personnes cachent leurs origines, mais pas Rafaela."

Luis Carlos de Rosario Silva Père de Rafaela Silva

Une victoire pour toute la favela. Famille, voisins, amis expriment leur émotion et leur fierté de voir l’un des leurs triompher aux JO. Particulièrement fier, le père de Rafaela : “La communauté est contente parce que Rafaela n’oublie pas d’où elle vient. Certaines personnes cachent leurs origines, mais pas Rafaela. Tout le monde ici apprécie le fait qu’elle revendique de venir de la Cité de Dieu. Elle ne vit pas dans le quartier chic, elle vit ici. Je lui ai toujours appris de ne pas oublier d’où elle venait.’‘

L’histoire est belle : la petite fille des favelas fait aujourd’hui la une des journaux brésiliens. Son sacre a fait souffler un vent d’optimisme sur le quartier. “Il y a deux semaines, je lui ai dit, tu y vas pour gagner la médaille d’or, à la maison. Et, on a gagné”, raconte un habitant du quartier.

Face au chômage et à la criminalité, cette médaille d’or peut servir de modèle à des jeunes en quête de rêves. Pour Tatiane, une amie de Rafaela et une ex-judoka, le sport est primordial pour les enfants de la favela : “Dans la communauté, où il n’y a pas beaucoup d’opportunités, et où les enfants ne sont pas très passionnés par les études, le sport peut marquer un changement dans la vie.”

Rafaela Silva avait pensé abandonner le judo après les JO de Londres, en 2012, à cause des insultes racistes dont elle avait fait l’objet. Mais elle n’a jamais perdu espoir comme les habitants de la “Cité de Dieu” qui se battent pour améliorer leur qualité de vie.