DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Étoiles filantes : le ballet des Perséides s'annonce spectaculaire

monde

Étoiles filantes : le ballet des Perséides s'annonce spectaculaire

Publicité

Si vous levez les yeux au ciel, dans la nuit de jeudi à vendredi, vous pourrez sans douter observer des dizaines voire des centaines d‘étoiles filantes. Le spectacle 2016 des Perséides, une pluie de météores, observable chaque été, s’annonce cette année particulièrement spectaculaire. La NASA prévoit en effet entre 200 et 300 étoiles filantes par heure, soit environ deux fois plus que les années précédentes. Le pic en Europe devrait avoir lieu à partir de 1h30 du matin.

Des débris issus de la comète Swift-Tuttle

Ces météores sont constitués de débris issus de la comète Swift-Tuttle qui, au cours de l‘été, passe à proximité de la Terre. Cette comète, qui orbite autour du soleil, laisse derrière elle des milliards de particules, de la taille d’un grain de sable ou d’un petit pois, qui forment une trainée de lumière lors de leur passage dans l’atmosphère terrestre. Ces débris descendent à une vitesse extrême et atteignent rarement la surface de la Terre, sauf pour les morceaux plus gros, comme des pierres. On parle alors de météorites.

Des étoiles filantes sont déjà observables depuis plusieurs semaines – le phénomène des Perséides a lieu généralement entre le 20 juillet et le 25 août, mais c’est dans la nuit du 11 au 12 août que la densité d‘étoiles filantes atteint son pic.

Pour ne rien rater du spectacle

Pour être aux premières loges et ne rien manquer du spectacle, voici quelques recommandations :

- Eloignez-vous des villes, la pollution peut nuire à la visibilité.

- Inutile de prendre des jumelles ou un téléscope, allongez-vous et regardez le ciel à l’oeil nu.

- Attendez 23 heures, mais le pic d‘étoiles filantes devrait avoir lieu entre 1h et 6h du matin.

- Pour les superstitieux, faites un vœu

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article