DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Crimée, au cœur des tensions russo-ukrainiennes

monde

La Crimée, au cœur des tensions russo-ukrainiennes

Publicité

Plus de deux ans se sont écoulés depuis que la Crimée a été annexée par la Russie. Le 16 mars 2014, à l’occasion d’un référendum, non reconnu par Kiev, les habitants de la péninsule, majoritairement russophones, exprimaient à une écrasante majorité leur volonté d‘être rattachés à Moscou.

Depuis toujours, la Crimée fait l’objet de convoitises, en raison de sa situation géostratégique, au bord de de la mer Noire. Son contrôle permet de gagner en influence en Europe orientale et dans le Caucase.

En 1954, Nikita Khrouchtchev, alors Premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique, donne la péninsule au gouvernement à Kiev. Une erreur jugée historique par de nombreux dirigeants russes.

En 1992, deux ans après la chute du bloc soviétique, le Parlement à Simféropol proclame la République de Crimée. Le gouvernement autonome décide toutefois de rester au sein de l’Ukraine, mais avec ses propres institutions.

La Russie, elle, conserve sa base navale à Sébastopol, qu’elle contrôle depuis sa création en 1783. En 2013, 60 navires y étaient stationnés. Cette base revêt une importance stratégique, car elle permet à la flotte russe un accès rapide à la Méditerranée, aux Balkans et au Moyen-Orient.

En 2014, la Crimée va se retrouver au coeur de l’une des plus graves crises depuis la Guerre froide. A Kiev, des milliers de manifestants obligent le président ukrainien Viktor Ianoukovitch, qui a tourné le dos à l’Europe, à quitter le pouvoir.

Pendant ce temps en Crimée, des séparatistes pro-russes, vêtus d’uniformes militaires sans signes distinctifs, prennent le contrôle des institutions, des aéroports et des centres de communication. Les troupes russes sont mises en alerte pour ‘‘protéger leurs concitoyens’‘ dans la région.

Le 11 mars 2014, après une intervention militaire russe, la Crimée déclare son indépendance puis son rattachement à la Russie lors d’un référendum jugé illégal par Kiev et les Occidentaux.

Cette annexion est suivie d’un conflit sanglant, opposant l’armée ukrainienne aux séparatistes prorusses dans l’est du pays, qui a fait à ce jour plus de 9.500 morts.

Conséquence de cette guerre, Européens et Américains adoptent une série de sanctions économiques contre Moscou. Des sanctions que l’Union européenne a prolongées jusqu’en juin 2017.

La situation en Crimée est encore loin de la normalisation. En janvier, le president ukrainien Petro Porochenko déclarait vouloir récupérer au plus vite la Crimée et évincer les rebelles du Donbass.

Dans la péninsule, la situation se dégrade sur fond d’affrontements politiques entre Kiev et Moscou.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article