DERNIERE MINUTE

Etats-Unis : la rançon payée à l'Iran s'invite dans la campagne

Washington a finalement admis avoir payé près de 400 millions de dollars à Téhéran en échange de prisonniers le 16 janvier dernier.

Vous lisez:

Etats-Unis : la rançon payée à l'Iran s'invite dans la campagne

Taille du texte Aa Aa

Les Etats-Unis auraient bel et bien payé l‘équivalent de 400 millions de dollars à Téhéran après la libération de cinq otages américains le 16 janvier dernier.

allviews Created with Sketch. Point of view

"Obama a menti sur les otages, ouvertement et de manière flagrante"

Donald Trump Candidat républicain à la Maison Blanche

Jeudi soir, le porte-parole du département d’Etat américain l’a admis en conférence de presse après les révélations du Wall Street Journal.

Washington avait déclaré dans un premier temps que cette somme correspondait à un paiement réglant un vieux différent commercial avec l’Iran.

John Kirby, porte parole du département d’Etat : “Les évènements se sont déroulés simultanément (…) Quand vous vous inquiétez de la fin de partie, sur la façon dont des Américains vont s’en sortir, il aurait été stupide, imprudent, irresponsable de ne pas tenter de garder le maximum de levier”.

Le 16 janvier Washington et Téhéran avaient annoncé un échange inédit de prisonniers, dont le correspondant du Washington Post, libérés contre la la libération de sept détenus Iraniens aux Etats-Unis.

Jeudi Donald Trump, le candidat républicain à la Maison Blanche a aussitôt accusé Barak Obama. “Il a démenti que c‘était pour les otages mais ça l‘était. Maintenant on le sait. Il a dit “nous ne payons pas de rançon”, mais nous avons payé. Il a menti sur les otages, ouvertement et de manière flagrante”.

Un coup dur pour l’administration Obama mais aussi pour la candidate démocrate Hillary Clinton, ex-secrétaire d’Etat du président américain. Même si elle nétait plus aux affaires au moment de la libération des otages.

Avec Agences