DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Salzbourg fête Shakespeare avec... West Side Story !

musica

Salzbourg fête Shakespeare avec... West Side Story !

En partenariat avec

En cette année d’hommage à Shakespeare, le Festival de Salzbourg présente une version contemporaine de “Roméo et Juliette” avec la célèbre comédie musicale “West Side Story”. Le chef-d’oeuvre de Leonard Bernstein fait son retour sur scène grâce à Cecilia Bartoli, directrice artistique de l‘évènement. Dans la fosse, Gustavo Dudamel et l‘énergie de son Orchestre Simón Bolívar.

La comédie musicale s’impose à Salzbourg. A l’affiche de son Festival , un éclatant West Side Story. Le chef-d’oeuvre de Leonard Bernstein dans le temple de la musique classique ? C’est l’idée de la directrice artistique de l‘évènement, Cecilia Bartoli. Ce “Roméo et Juliette” de notre époque ne pouvait être plus approprié en cette année d’hommage à Shakespeare.

Gustavo Dudamel : “La musique de Bernstein coule dans nos veines”

L’Orchestre Simón Bolívar dirigé par le charismatique Gustavo Dudamel prête son énergie à cette production dont Musica a pu filmer la répétition générale. “C’est une musique pleine de rythme, souligne le chef d’orchestre vénézuélien. Comme on le dit souvent chez nous, il y a beaucoup de saveurs d’Amérique latine, beaucoup d’ingrédients américains dans son tempo, dans sa mélodie et tous ces éléments ensemble donnent un mélange fabuleux, la recette parfaite à interpréter pour notre orchestre, assure-t-il avant de lancer : “Je dirais que la musique de Bernstein coule vraiment dans nos veines !”

Cecilia Bartoli : “Maria me ressemble sur de nombreux points”

Dans cette création, Cecilia Bartoli chante une Maria de son âge : elle voit défiler sa vie avec son double plus jeune qui joue et danse sur scène.

“Le rôle de Maria m’a toujours fasciné, affirme la mezzo-soprano italienne, tout d’abord parce que musicalement, c’est extraordinaire et ensuite, il y a sa personnalité : – comme elle le dit elle-même dans le passage où elle entonne : ‘I feel pretty…’, elle est spirituelle, naïve – c’est certain -, mais aussi passionnée, indique Cecilia Bartoli. C’est une jeune femme “latine” et elle me ressemble sur de nombreux points avec mon tempérament italien et donc latin, de Rome !” affirme-t-elle dans un sourire.

Gustavo Dudamel salue pour sa part la personnalité de Cecilia elle-même : “Cecilia est une personne merveilleuse, c’est un tel honneur pour nous de travailler avec elle, c’est une artiste qui est tellement généreuse,” souligne-t-il.

Et voici ce que dit la diva romaine à son égard : “Gustavo Dudamel est un artiste tellement extraordinaire, si passionné ! s’enthousiasme Cecilia Bartoli. Pour lui, la direction, c’est un acte nécessaire, on peut le voir dans chacun de ses mouvements, dans chacun de ses regards, c’est sa vie ! lance-t-elle avant d’ajouter : C’est une telle chance d’avoir la possibilité de partager cette expérience musicale avec lui. On a en commun, un certain tempérament latin, ce feu, cette passion et aussi une certaine dose de vitalité et de joie : ce qui est nécessaire dans la vie en général !” estime-t-elle.

Philip Wm. McKinley : “Une pièce qui parle de préjugés, d’intolérance, des thèmes tout aussi puissants aujourd’hui”

Cette production est signée de l’un des metteurs-en-scène les plus en vue à Broadway, Philip Wm. McKinley. “C’est une pièce qui parle de préjugés, d’intolérance, de tout ce qui concerne [par exemple] la question des réfugiés actuellement, explique le metteur-en-scène. A l‘époque, les Portoricains arrivaient à New-York et il y avait beaucoup de New-Yorkais qui ne voulaient pas d’eux : ce sont les mêmes thèmes et ils sont tout aussi puissants aujourd’hui ; cinquante-neuf ans plus tard, c’est toujours pertinent,” fait-il remarquer.

West Side Story sera également présenté Salzbourg les 20, 21, 23, 25, 27, 29 août .

Prochain article