DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie: Washington envoie des avions protéger ses forces spéciales

monde

Syrie: Washington envoie des avions protéger ses forces spéciales

Publicité

Les positions kurdes sous les bombes. Hassaké une des grandes villes du Nord-Est syrien est bombardée par les forces du régime depuis deux jours.
C’est la première fois depuis le début de la guerre que l’armée de l’air pilonne les unités kurdes. Selon une source humanitaire, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, les affrontements entre police kurde et forces loyalistes ont fait au moins 39 morts dans la ville. Les Kurdes sont considérés par Washington comme des alliés précieux dans la région. Résultat: le Pentagone a envoyé des avions de chasse protéger la zone. Officiellement car ses forces spéciales entraînent les Kurdes dans la région. “Cela a été fait pour protéger les forces de la coalition” anti-jihadiste, a précisé vendredi le capitaine Jeff Davis, porte-parole du Pentagone.Aucun affrontement direct n’est à déplorer.
Les Kurdes de Syrie (15% de la population) ont auto-proclamé en mars une “région fédérale” et rêvent de relier les régions sous leur contrôle dans le nord du pays. Les combattants kurdes sont devenus, notamment aux yeux de Washington, la force la plus efficace contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Et la tension n’est pas prête de descendre d’un cran. Moscou vient d’annoncer avoir déployé deux navires lance-missiles en méditérranée. Officiellement, leur cibles sont les installations du groupe terroriste Al-Nosra. “Un poste de commandement et une base des terroristes à Daret Ezaa (à l’ouest d’Alep), ainsi qu’une usine de fabrication et un important dépôt de munitions dans la région d’Alep ont été détruits à l’issue de ces frappes”, précise le communiqué. Cette annonce intervient alors que la Russie, qui mène des frappes aériennes depuis septembre dernier en soutien aux forces de Bachar al-Assad, a bombardé mardi pour la première fois des cibles en Syrie en faisant décoller ses bombardiers depuis l’aérodrome militaire d’Hamedan, dans le nord-ouest de l’Iran. Alep, ville-clé du conflit syrien, est actuellement le théâtre d‘âpres combats entre les forces de Damas et les rebelles. Des centaines de milliers de civils y sont pris au piège et souffrent d’importantes pénuries, selon l’ONU.

Avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article