DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irak : 36 pendaisons après le massacre du camp Speicher commis par Daesh

En 2014, l'Etat islamique avait exécuté jusqu'à 1700 recrues de l'armée irakienne, non loin de Tikrit. De nombreuses personnes ont depuis été arrêtées et condamnées à mort.

Vous lisez:

Irak : 36 pendaisons après le massacre du camp Speicher commis par Daesh

Taille du texte Aa Aa

Ce dimanche, le gouvernorat irakien a indiqué avoir pendu 36 hommes reconnus coupables du massacre de “Speicher” : le nom de la base militaire où avaient été kidnappées des recrues de l’armée en 2014.

Point of view

Accélérer le rythme des exécutions ne fera qu'accélérer l'injustice.

Zeid Ra'ad al-Hussein Haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme

1700 militaires avaient été assassinés un par un à cet endroit, non loin de Tikrit, au nord de Bagdad. Parmi les victimes : de nombreux chiites, considérés comme hérétiques par Daesh.

Une partie des corps avaient été découverts dans des fosses communes en 2015. Les autres ayant été jetés dans le fleuve Tigre par les terroristes.

24 personnes avaient été arrêtées puis condamnées à mort très rapidement dans cette affaire. En février dernier, un tribunal irakien a prononcé quarante autres condamnations à mort.

Le Premier ministre Haider al-Abadi a déclaré vouloir accélérer l’exécution des personnes condamnées à mort pour terrorisme après l’attentat à la bombe qui a tué plus de 300 personnes à Bagdad le mois dernier.

L’ONU a critiqué ces déclarations sur la peine de mort. “Accélérer le rythme des exécutions ne fera qu’accélérer l’injustice“, a souligné début août le Haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme Zeid Ra’ad al-Hussein.

Selon l’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty international, qui critique le recours à la peine de mort, l’Irak a déjà procédé à plus de 100 exécutions depuis le début de l’année, sans compter celles de dimanche.

avec AFP