DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Volkswagen freiné par la révolte de ses fournisseurs

entreprises

Volkswagen freiné par la révolte de ses fournisseurs

Publicité

En conflit avec ses sous-traitants, Volkswagen se voit contraint de réduire le temps de travail de 28.000 de ses salariés cette semaine en Allemagne. Six de ses usines sont concernées : Wolfsburg, Emden, Zwickau, Cassel, Salzgitter et Brunswick.

Deux de ses fournisseurs, Car Trim et ES Automobilguss (filiales du groupe Prevent) ont suspendu leurs livraisons après la dénonciation de plusieurs contrats commerciaux par le numéro un européen de l’automobile, sans préavis ni compensation.

Selon la presse allemande, Volkswagen, pris à la gorge par le coûteux scandale des moteurs diesel truqués, exige de ses sous-traitants des concessions de plusieurs milliards d’euros sur les prix. Certains l’accusent de les conduire à la faillite.

La production de la Golf va être interrompue jusqu‘à samedi, faute de pièces pour la fabrication des boîtes de vitesse. La production de la Passat est aussi à l’arrêt, faute de revêtements de sièges. Les analystes d’UBS évaluent le manque à gagner pour le constructeur à 100 millions d’euros par semaine.

Qui plus est, une polémique est en train d‘émerger en Allemagne sur la légitimité de Volkswagen à recourir au chômage partiel, mécanisme où les pouvoirs publics subventionnent le différentiel de salaire des employés qui travaillent moins. Le procédé a été conçu pour des conditions économiques difficiles, par exemple pendant la crise économique de 2009. Des voix s‘élèvent contre le transfert des coûts d’un conflit commercial aux contribuables.

Volkswagen, géant aux douze marques (Audi, Porsche, Scania, etc), emploie plus de 600.000 personnes dans le monde.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article