DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Burkini : la polémique française dope les ventes

entreprises

Burkini : la polémique française dope les ventes

Publicité

La polémique en France autour de l’interdiction du burkini par plusieurs mairies, contribue à doper les ventes de la tenue de bain islamique.

C’est en tout cas ce qu’affirme sa créatrice australienne d’origine libanaise, Aheda Zanetti. Sur la seule journée de dimanche elle a reçu 60 commandes, six fois plus
qu’un dimanche ordinaire.

Ca m’a fait un bien fou financièrement ! Nos ventes ne cessent d’augmenter et le fait qu’ils interdisent le burkini ne veut pas dire que les femmes vont arrêter de le porter. Nous avons permis aux femmes d’accéder à un mode de vie qu’elles n’avaient jamais eu. Pensez-vous vraiment que les femmes vont écouter ce que dit un homme ? Nous sommes des femmes, nous savons ce qui est bon pour nous.

Si elle a conçu le burkini il y a dix ans comme un outil d’intégration permettant aux femmes musulmanes pratiquantes de profiter de la plage, Aheda Zanetti réalise aujourd’hui 40% de ses ventes auprès de femmes non musulmanes, essentiellement des victimes de cancers du sein, qui lui ont récemment manifesté leur soutien.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article