DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les séismes, cauchemar récurrent pour les Italiens

monde

Les séismes, cauchemar récurrent pour les Italiens

Publicité

Depuis 1980, l’Italie subit un séisme tous les cinq à dix ans et déplore la perte de centaines de victimes. Le plus récent avant la secousse meurtrière de ce mercredi se produit le 20 mai 2012 : à neuf jours d’intervalle, deux catastrophes de ce type frappent la région d’Emilie-Romagne dans le nord-est de l’Italie. Bilan : 25 morts et 14.000 personnes chassées de leur domicile.

Le traumatisme de L’Aquila

Trois ans plus tôt, le 6 avril 2009, l’Italie est traumatisée par un violent tremblement de terre dans la région centrale des Abbruzzes et en particulier à L’Aquila, ville la plus touchée. On compte plus de 300 morts et des milliers de réfugiés. Les dégâts matériels se chiffrent en milliards d’euros.

Le 31 octobre 2002, la région du Molise dans le centre-est est en deuil. À San Giuliano di Puglia, un séisme fait 30 victimes dont 27 enfants et leur institutrice tués dans l’effondrement de leur école.

L’ensemble du territoire exposé

Cinq ans plus tôt, la basilique de Saint-François d’Assise est en partie détruite par l’une des deux secousses qui surviennent à une semaine d’intervalle les 26 septembre et 3 octobre 1997 dans le centre et le centre-est du pays. On dénombre douze morts, plus de 110 blessés et 38.000 sans-abris.

Mais auparavant, c’est le sud du territoire italien qui a été frappé : un tremblement de terre a causé 17 décès en Sicile en décembre 1990. Un autre est survenu quelques mois plus tôt près de Potenza faisant quatre morts.

Plus de 3000 morts en 1980

Le séisme le plus meutrier de ces quatre dernières décennies, c’est celui qui a touché le 23 novembre 1980, le centre et le sud du pays. Il a atteint une magnitude de 6,9. Bilan très lourd : plus de 3000 morts et 20.000 blessés.

Bien avant cela, au début du siècle dernier, deux tremblements de terre avaient fait encore plus de victimes : environ 95.000 personnes ont perdu la vie en décembre 1908 dans la région de Messine et 30.000 en janvier 1915 à Avezzano dans les Abruzzes.

Comment expliquer une telle série noire ? Le sous-sol de l’Italie comporte de nombreuses failles et elle est particulièrement exposée au phénomène de convergence des plaques de l’Afrique et de l’Europe qui se rapprochent de 6 millimètres par an.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article