DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Interdire le burkini ? "Une réaction stupide", pour l'ONU

monde

Interdire le burkini ? "Une réaction stupide", pour l'ONU

Publicité

L‘été, la menace terroriste et une campagne électorale qui approche, un savant mélange qui a fait du maillot de bain intégral musulman ou “burkini”, un des principaux sujet de débats en France et Europe.

Au point que les Nations Unies sont intervenues ce mardi pour défendre le droit à porter le burkini. Pour le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme (HCDH), l’interdiction du burkini décrétée par plusieurs maires français cet été favorise “la stigmatisation” des musulmans.

“C’est franchement une réaction stupide à ce qui nous fait face en terme d’attentats terroristes” a expliqué depuis Genève le porte parole du HCDH Ruppert Colville . “Ça n’améliore pas la situation sécuritaire, ça n’améliore pas l’ordre public, ça ne fait qu’aggraver les tensions, et ça porte atteinte à l’ordre public. Si cela a un effet, il est contre-productif”.

Vendredi le Conseil d‘État, plus haute juridiction française, a suspendu l’arrêté municipal de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes), arguant qu’il n’y avait pas de “risques avérés” pour l’ordre public.

La question continue de diviser la classe politique française, jusque dans l’exécutif. Le Premier ministre Manuel Valls, contre l’avis de plusieurs ministres, s’oppose au burkini au nom de la lutte contre le “totalitarisme islamiste”.

“Vous parlez de Marianne, le symbole de la République. Elle a le sein nu parce qu’elle nourrit le peuple, elle n’est pas voilée parce qu’elle est libre ! C’est ça la République, c’est ça Marianne, c’est ça ce que nous devons, nous, toujours porter !” s’est exclamé Manuel Valls devant les militants socialistes réunis lundi pour un meeting de rentrée à Colomiers (Haute-Garonne).

La justice a invalidé ce mardi l’arrêté municipal de Cannes, suivant l’avis du Conseil d‘État. Les communes de Menton, Fréjus et Nice ont aussi été poursuivies devant les tribunaux.

Le burkini est encore interdit, sous peine d’amende, dans une trentaine de communes du littoral français.

Avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article