DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Médicaments trop chers : plainte collective aux Etats-Unis

économie

Médicaments trop chers : plainte collective aux Etats-Unis

Publicité

Les prix abusifs des médicaments de nouveau à la une aux Etats-Unis.

Plainte collective contre Valeant

Des fonds d’assurance maladie représentant des travailleurs de l’hôtellerie et des policiers new-yorkais ont déposé une plainte collective contre le laboratoire canadien Valeant. Ils l’accusent d’avoir gonflé le prix de ses médicaments et d’avoir escroqué les assurances avec la complicité du réseau de pharmacies Philidor, aujourd’hui disparu. Celle-ci aurait orienté ses clients vers les assureurs acceptant de rembourser les prix pratiqués par Valeant.

EpiPen : Mylan rectifie le tir

La cupidité de l’industrie pharmaceutique s’est retrouvée dans la ligne de mire des candidats à la Maison Blanche la semaine dernière avec l’affaire de l’EpiPen de Mylan. Le laboratoire américain, qui avait multiplié par six le prix de son stylo auto-injecteur d‘épinéphrine début juillet, a tenté de calmer n a lui décidé de sortir une version générique à moitié prix, soit 300 dollars la paire.

C’est une très bonne initiative pour l’entreprise elle-même,“ estime Ronny Gal,analyste senior chez Bernstein. “Ils étaient exposés au même type de risque que Valeant, c’est-à-dire que plus personne ne veuille faire affaire avec eux. Au final, ils perdront peut-être un quart de leurs revenus sur ce produit. L’EpiPen représentait environ 20% de la marge opérationnelle. Donc l’impact sera de l’ordre de 5 à 10% des bénéfices.

La grogne persiste

Le générique devrait arriver sur le marché d’ici quelques semaines. Cette initiative n’a cependant pas fait taire les critiques, qui rappellent qu’en 2007, quand Mylan s’en est emparé, l’EpiPen était vendu 100 dollars – soit 90 euros – la paire, son prix actuel en France.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie