DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Quand Madagascar se replace au centre du monde

target

Quand Madagascar se replace au centre du monde

Publicité

Une autre vision de Madagascar : c’est tout le mois de septembre dans Target. Cette semaine, direction le port de Tomasina, le poumon économique du pays. Il concentre à lui seul les trois quarts des échanges maritimes de Madagascar. Ces dernières années, ce port s’est transformé, modernisé, et répond désormais aux normes internationales les plus strictes.

“Nous avons revu la manutention, le stockage, et puis la sécurité. Sur deux choses : modernisation et puis normalisation du système d’exploitation.”, explique Jean Berthin, manager général de la SMMC (Société de Manutention des Marchandises Conventionnelles).

Que ce soit le traitement des containers, l’accès des transporteurs, les opérations de douanes : tout ou presque ici est désormais informatisé. Une nouvelle manière de fonctionner qui a été élaborée grâce à un partenariat entre les autorités malgaches et des acteurs privés de renom comme la société qui gère les containers. Un mastodonte présent dans 30 ports sur la planète.

Selon une enquête réalisée par un géant du transport maritime, ce port de Toamasina fait tout simplement partie du top 5 de l’Afrique sub saharienne en termes de productivité. D’ailleurs un vaste chantier de transformation va débuter ici l’an prochain.
Objectif : continuer de booster les performances de cette plateforme.

650 millions de dollars. L’investissement est énorme. Il devrait notamment permettre de créer une nouvelle zone de stockage, de rallonger le brise lame, mais aussi et surtout d’allonger le quai marchandises sur près de 500 mètres. Le tirant d’eau, autrement dit la distance entre la ligne de flottaison et le bas de la quille des navires devrait ainsi être considérablement augmenté.

Pour Christian Eddy Avellin, manager général du port de Toamasina, “Les bateaux de dernières générations, les portes containeurs, leur tirant d’eau est de 13-14 mètres. Nous on veut déjà anticiper et on pense aller jusqu‘à 16 mètres.”

Les acteurs du port sont unanimes. Ce projet devrait permettre à Toamasina d’entrer dans une nouvelle ère.

“Pour Madagascar, ça va vraiment aider l‘économie, avance Michael Ratrimo, directeur de MICT (Madagascar International Container Terminal services). Il y aura beaucoup plus de navires, de plus gros porteurs qui arriveront en direct. Et qui dit direct dit réduction de coûts, économies d‘échelles.”

“Notre objectif, c’est de créer et de mettre en place un centre de logistique portuaire efficace, poursuit Jean Berthin. C’est comme ça qu’on va augmenter notre trafic. C’est comme ça qu’on va donner satisfaction aux bateaux.”

L’idée, c’est aussi d’adapter les infrastructures à l‘évolution de l’environnement économique. Madagascar est en train de développer l’exploitation de ses nombreuses ressources naturelles. En outre, le trafic maritime sur l’axe Sud-Sud, entre l’Asie, l’Afrique et l’Amérique Latine est en plein boom. Une aubaine que le pays ne veut pas laisser passer.

“Depuis toujours, on a assimilé Madagascar à un pays au bout du monde, mais aujourd’hui ce n’est plus vrai… On n’est plus au bout du monde, on est au centre du monde !”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article