DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un an après la mort du petit Aylan en Méditerranée

monde

Un an après la mort du petit Aylan en Méditerranée

Publicité

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Un an après la mort d’Aylan, ce petit Syrien de 3 ans, mort noyé avec une partie de sa famille, rien n’a vraiment changé en Méditerranée. Même si la route des Balkans s’est brutalement refermée, la mer reste un cimetière potentiel pour tous les candidats à l’exil. L’UNHCR tire la sonette d’alarme.

*William Spindler, le porte-parole du commissariat aux réfugiés : “L’UNHCR estime que depuis la mort d’Aylan, 4 176 personnes sont mortes ou ont disparu en Méditerranée,. En moyenne, 11 hommes, femmes ou enfants ont péri chaque jour depuis ces douze derniers mois”.

Malgré les risques encourus, les candidats à l’exil ne renoncent pas. Selon l’agence européenne des frontières, depuis le mois de janvier plus de 60 000 personnes sont parvenues à traverser la Méditerranée. Parmi eux de nombreuses femmes et enfants. Surtout des Africains.

Vendredi, quelques célébrités et des dizaines personnes ont manifesté à Londres. Ils demandent au gouvernement britannique d’accélérer le rapatriement de 387 enfants, des réfugiés actuellement bloqués en France, à Calais.

Avec Agences

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article