DERNIERE MINUTE

Angela Merkel dépassée par l'extrême droite dans son fief

C’est l’heure du bilan pour Angela Merkel après la claque infligée par l’Afd, le parti anti-immigration, dans son fief.

Vous lisez:

Angela Merkel dépassée par l'extrême droite dans son fief

Taille du texte Aa Aa

C’est l’heure du bilan pour Angela Merkel après la claque infligée par l’Afd, le parti anti-immigration, dans son fief. Le SPD, le parti social démocrate est arrivé en tête du scrutin mais le parti d’extrême droite, Alternative pour l’Allemagne, a dépassé la CDU, le parti de la chancelière allemande, dans le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale.

allviews Created with Sketch. Point of view

"Je suis responsable."

Angela Merkel Chancelière allemande
Ce territoire de l’ex-Allemagne de l’Est, ne concentre que 2 % des électeurs du pays, mais c’est là qu’Angela Merkel y a sa circonscription.
Une défaite au goût amer qui intervient un an après l’ouverture des frontières aux réfugiés dans le pays.

La chancelière s’est exprimée depuis la conférence du G20. “ Les résultats de cette élection sont liés à notre politique concernant les réfugiés. En tant que présidente du parti et chancelière du pays, je suis responsable. Néanmoins, je pense que nos décisions étaient correctes et nous devons continuer à travailler. Nous devons tous penser aux moyens de retrouver la confiance des Allemands, moi la première.”

Angela Merkel a défendu sa politique migratoire. “Pendant un an, elle a répété “nous allons y arriver” mais les Allemands ne semblent pas convaincus . Avec un discours ultranationaliste aux relents xénophobes , Alternative pour l’Allemagne a raflé la mise, dépassant pour la première fois, la CDU, l’union chrétienne démocrate.

Frauke Petry, la porte-parole du parti a déclaré: “c’est une défaite sévère pour la CDU et ils l’ont reconnu, puisque Mecklembourg-Poméranie occidentale est le fief électoral d’Angela Merkel. Nous allons continuer à travailler pour qu’elle perde sa circonscription.”

Plus d’un million de réfugiés sont arrivés en Allemagne en 2015, une arrivée massive liée à la politique d’ouverture prônée par le gouvernement.

La popularité d’Angela Merkel a fortement chuté mais elle conserve toujours 45% d’opinions favorables et doit encore décider si elle souhaite se lancer dans la course pour un quatrième mandat.