DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les fonds marins : nouvel Eldorado, mais à quel prix pour l'environnement ?

futuris

Les fonds marins : nouvel Eldorado, mais à quel prix pour l'environnement ?

En partenariat avec

Le fond des océans renferme de précieuses ressources minérales quasiment intactes. Mais quel serait l’impact de l’exploitation minière sur la vie sous-marine ? Pour le découvrir, Denis Loctier a pris place à bord du RV Pelagia au large des Açores.

La ruée vers les fonds marins

L’industrie minière est sur le pont. Objectif : développer des techniques permettant l’exploitation commerciale des ressources océaniques situées à plus d’un demi-kilomètre de profondeur. Le premier projet de ce type est prévu pour 2018 et soulève bien des interrogations.

Denis Loctier, euronews : – “Ian, l’exploitation minière des fonds marins, qu’est-ce que c’est exactement ?”

“Il existe un grand nombre de gisements sous-marins que certains envisagent d’exploiter à des fins commerciales, nous explique Ian Stewart, responsable scientifique du projet “MIDAS”: http://www.eu-midas.net/ et consultant senior Environnement chez Fugro. Il s’agit principalement de minerais, mais aussi de phosphates, et d’hydrates de méthane qui pourraient servir de sources d‘énergie. Ces ressources suscitent énormément d’intérêt et donnent lieu à de gros investissements. Plusieurs projets en cours vont d’ailleurs se concrétiser très prochainement.”

Quels risques pour les écosystèmes sous-marins ?

La crainte, c’est que l’exploitation des ressources minières océaniques n’endommage sérieusement les habitats sous-marins. Bien sûr, il est difficile d‘être catégorique, car les études portant sur les écosystèmes des grands fonds sont encore peu nombreuses. Alors, pour en apprendre davantage, il faut étudier la façon dont les coraux réagissent aux dégradations susceptibles d‘être causées par l’activité minière.

Le point avec Inês Martins, biologiste marine (IMAR) :

“Nous avons mécaniquement endommagé ce groupe de coraux, ce qui nuit gravement à toute la colonie. Cet autre échantillon a été contaminé au cuivre. La concentration en cuivre a beau ne pas être létale, elle est suffisante pour engendrer un stress physiologique.”

Les coraux abîmés ainsi que le groupe-témoin sain sont ensuite chargés à bord du navire de recherche. Là, ils sont soigneusement attachés à des structures spéciales avant d‘être descendus au fond de l’océan.

“Ces recherches sont cruciales, car les coraux constituent la base des écosystèmes des grands fonds marins, souligne Antonio Godinho qui est également biologiste marin à l’IMAR. Nous devons comprendre comment ils peuvent être impactés parce que tous les autres écosystèmes dépendent d’eux.”

Pour réaliser l’expérience, le navire de recherche a été immobilisé au-dessus d’une montagne sous-marine à proximité de l’archipel des Açores. Les échantillons de coraux sont déposés en différents endroits par plus de 200 mètres de fond.

Toute l’opération est supervisée depuis la salle de contrôle à l’aide d’un dispositif sous-marin actionné à distance.

“A travers cette expérience, nous surveillons le déploiement des coraux, détaille Paul Bond, pilote-technicien de ROV (ou Remotely Operated Vehicle) chez Subsea Vision. Une fois qu’ils ont été déposés à la verticale, nous coupons toutes les cordes utilisées pour la descente et nous vérifions que tout est dégagé. Puis, nous affichons la position exacte des différents emplacements afin de pouvoir les retrouver facilement dans un mois ou bien dans un an.”

Vers une exploitation durable des océans ?

L’expérience conduite dans le cadre d’un projet de recherche européen doit révéler comment les coraux se comportent dans leur milieu naturel habituel en cas de lésions mécaniques et chimiques.

Pour Ian Stewart, ces données scientifiques sont nécessaires afin d’améliorer la réglementation internationale relative à l’activité minière en eaux profondes et limiter son impact sur l’environnement :

“Les scientifiques veulent recueillir toujours plus de données, d’où notre présence sur ce bateau. Nous devons avoir une meilleure compréhension des processus et des interactions qui ont lieu au fond des océans et connaître les réactions vis-à-vis de l’activité minière. Nous avons encore besoin de mener de nombreuses recherches sur ce sujet. Sans quoi, il sera très difficile d’en prédire avec précision les effets potentiels.”

ALL VIEWS

Touchez pour voir
Prochain article