DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

15 ans après, l'art mémoire du 11 septembre

Cult

15 ans après, l'art mémoire du 11 septembre

En partenariat avec

A l’occasion du 15ème anniversaire du 11 septembre, le musée de Ground Zero fait entrer l’art dans ses murs. 13 artistes new-yorkais ont été selectionnés par Alice Greenwald, la directrice des lieux, pour se souvenir autrement du jour où deux avions ont transpercé les tours jumelles, tuant près de 3 000 personnes.

“L’art vous permet de ressentir immédiatement la vérité émotionnelle d’un instant passé. Vous pouvez voir à travers les yeux d’une autre personne, à travers leur force artistique, comment ils ont ressenti les mêmes émotions quecelles que nous avons tous connus.”

L’exposition propose notamment une fresque de 840 peintures signées Manju Shandler. Au total, l’artiste en aura créé près de 3000, comme le nombre de victime des attentats.

“J’ai été choquée, effrayée, accablée, comme la plupart des new-yorkais. Quelques jours plus tard, je suis retournée dans mon atelier, je ne me rappelle plus ce que je faisais exactement mais j’ai commencé à travailler. Instinctivement, j’ai eu l’idée de faire une peinture pour chaque personne décédée et, à ce moment là, on n’avait aucune idée du nombre final de victimes.”

Gustavo Bonevardi a lui assisté à l’effondrement des tours depuis son appartement situé à quelques blocks de là. L’idée de son projet “Falling” lui est venue quelques années plus tard: “Cette image de papiers volants dans les airs, avec en fond ce ciel bleu limpide, ces pages qui flottaient de façon quadi-lyrique, c‘était quelque part très, très beau. C’est comme si cela représentait l‘âme libérée des personnes ou des souvenirs perdus, c‘était quelque chose de vraiment très frappant.”

L’exposition “Traduire l’impensable”, à découvrir au musée du 11 septembre dès le 12 septembre.

Prochain article