DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Censure : Facebook recule sur la photo de la "Vietnamienne au napalm"

monde

Censure : Facebook recule sur la photo de la "Vietnamienne au napalm"

Publicité

La célèbre photo prise pendant la guerre du Vietnam montrant une fillette fuyant son village brûlé au napalm a-t-elle sa place sur Facebook? La question enflamme la Norvège depuis que Facebook a censuré le cliché publié sur sa page par l’auteur norvégien Tom Egeland… sous prétexte qu’elle est contraire à ses règles sur la nudité.

Après deux semaines de polémique, Facebook a fait marche arrière ce vendredi, au regard du « statut emblématique » de la photographie de 1972, qui a eu un retentissement mondial et a valu à son auteur le Prix Pulitzer.

Dans une lettre ouverte à Mark Zuckerberg, le journal norvégien Aftenposten accusait ce vendredi Facebook de « limiter la liberté au lieu de l‘étendre ».

« _Je le dis haut et fort, ce qui est en train de se passer est dangereux. Je souhaite ouvrir une discussion, ce qui est la mission des médias : prendre la parole dans les situations dérangeantes et ouvrir le débat_ » a expliqué après-coup Espen Egil Hansen, le rédacteur en chef de l’Aftenposten.

Comme de nombreux internautes qui soutenaient la démarche de l’auteur norvégien, la Première ministre norvégienne Erna Solberg a publié la photo sur sa page. Elle est devenue quelques temps plus tard le premier chef de gouvernement censuré sur le réseau social.

« _Les gens de moins de 30 ans, presque 90% d’entre eux, utilisent d’abord les réseaux sociaux pour s’informer. Si on a quelqu’un qui édite les photographies qui ont marqué l’histoire, qui édite notre histoire, il devient plus dur de comprendre la société et de se développer en tant que communauté » a déclaré Erna Solberg.

Pour souligner le risque que représente le fait de censurer des photos historiques, Erna Solberg a publié sur sa page une série de clichés emblématiques, tous biffés d’un carré noir. L’affaire a des précédents. Facebook est poursuivi par un utilisateur français pour avoir censuré une photo du tableau de Gustave Courbet “L’Origine du monde”.

Avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article