DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Croatie aux urnes : vers un retour au centre ?

monde

La Croatie aux urnes : vers un retour au centre ?

Publicité

ALL VIEWS

Touchez pour voir

La Croatie en quête d’une stabilité politique difficile à trouver se lance dans des élections législatives anticipées ce dimanche 11 septembre.

Il y a moins d’un an, les Croates avaient donné de justesse l’avantage au HDZ, la droite conservatrice. Depuis, ce gouvernement s’est attiré les critiques de l’opposition et l’inquiétude à l‘étranger. C’est un scandale politico-judiciaire et des disputes intestines qui ont eu raison du gouvernement en juin.

A en croire les sondages, la “coalition populaire”, menée par le social-démocrate du SDP Zoran Milanovic est crédité de 34 % de voix. Une courte avance qui, il l’espère, lui permettra de retrouver son poste de Premier ministre perdu en novembre dernier :

Nous avons montré en 4 ans passés au pouvoir que nous savons gouverner et nous le ferons à nouveau, nous demandons une nouvelle chance. Nous sommes prêts à discuter avec tous les politiciens croates qui ont des solutions.

Les conservateurs du HDZ ont voulu opérer un virage vers le centre droit modéré avec Andrej Plenkovic comme candidat. Ils tirent ainsi un trait sur l’extrémisme et le populisme de l’ex-Premier ministre Tomislav Karamarko, notamment accusé de révisionnisme sur le régime oustachi allié des nazis et hostile à la minorité serbe.

Il me tarde de remporter ces élections et d‘être en position de démarrer une nouvelle page de coopération avec le parti Most. Je n’ai aucune responsabilité dans les malentendus qui sont apparus entre le précédent gouvernement et Most“, explique Plenkovic.

Most, le Pont en français, c’est une formation indépendante de centre droit. Elle devrait rester la troisième force de ce pays de 4,2 millions d’habitants. Selon les sondages, Most devrait retrouver sa position de faiseur de roi et il semble plus enclin à se tourner vers le HDZ.

Alors quel sentiment a laissé les précédentes élections ? L’analyse de Slavenka Drakulic :

Je pense qu’on peut le résumer en trois mots : déception, méfiance et apathie. La déception est venue du gouvernement mené par les conservateurs du HDZ, l’Union démocratique croate, et de la coalition avec Most, ce groupe qui a prouvé qu’il était plutôt inutile, dirons- nous…

Seule certitude donc, le prochain Premier ministre, Plenkovic ou Milanovic, sera fragile.
Entrée dans l’Union européenne en 2013, la Croatie subit encore les effets de la crise économique. Et malgré le moteur du tourisme, le chômage reste à 13 % de la population active. Près d’un jeune sur trois est sans emploi.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article