DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le régime syrien accepte l'accord russo-américain sur une trêve en Syrie, l'opposition est méfiante

monde

Le régime syrien accepte l'accord russo-américain sur une trêve en Syrie, l'opposition est méfiante

Publicité

De nombreux morts à Idlib en Syrie ce samedi. Des avions présentés comme russes ont visé un marché très fréquenté, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Une attaque qui survient quelques heures après l’annonce de la conclusion d’un accord russo-américain sur une trêve en Syrie.

Si l’opposition reste prudente, le régime syrien à approuvé cet accord qui vise à favoriser une réduction immédiate des violences et une reprise des négociations en vue d’une transition politique. La trêve doit débuter ce lundi sous certaines conditions.

“Si les groupes de l’opposition syrienne veulent conserver leur légitimité, ils doivent se dissocier d’al-Nosra et de Daesh. Nous attendons aussi que la Russie fasse en sorte que le gouvernement syrien adhère à toutes nos exigences concernant ses activités aériennes et favorise un accès humanitaire sans obstacle”, a insisté le secrétaire d‘État américain John Kerry.

À Alep, la grande ville du nord du pays divisée entre secteurs tenus par les forces du régime dans l’ouest et quartiers contrôlés par les rebelles dans l’est, résidents et combattants de l’opposition ont plus que sceptiques.

“Dans toutes les trêves précédentes, le régime n’a tenu aucun engagement et a ignoré tous les termes des accords. Voilà pourquoi nous ne sommes pas en faveur d’un cessez-le-feu. Le régime dit vouloir un cessez-le-feu, mais il continue ses bombardements aériens, c’est quel genre de trêve ça ! “, dit un rebelle.

Car à peine la conclusion de l’accord annoncée, comme pour gagner du terrain avant un possible cessez-le-feu, l’armée syrienne attaquait les positions tenues par les rebelles à Alep. Ces raids aériens ont fait plus d’une quarantaine de morts et près de 80 blessés.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article