DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine : une nouvelle trêve pour sept jours dans l'est du pays

L'accord a été conclu sous l'égide de Berlin, Paris, Kiev et Moscou après de violents combats, mardi, qui ont fait au moins six morts.

Vous lisez:

Ukraine : une nouvelle trêve pour sept jours dans l'est du pays

Taille du texte Aa Aa

Une nouvelle trêve en Ukraine pour sortir de la spirale de la violence.

allviews Created with Sketch. Point of view

"Il n'y a pas d'alternative, il n'y a pas de plan B. Les accords de Minsk doivent être mis en oeuvre."

Jean-Marc Ayrault Ministre des Affaires étrangère français
Réunis mercredi à Kiev, les ministres des Affaires étrangères allemands, français et ukrainiens ont annoncé l’arrêt des hostilités dans les régions séparatistes, à l’est du pays.
Moscou a donné son aval.
Le ministre allemand en a rappelé les contours.

Frank-Walter Steinmeier, ministre allemand des Affaires étrangères : “Nous sommes venus ici pour annoncer aujourd’hui, avec le soutien de Moscou, qui nous a rejoint hier, que ce soir débutera un cessez-le-feu du côté des séparatistes qui durera sept jours et qui commence à minuit.”

Mais les Ukrainiens ont été rappelés à l’ordre.

Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères français : “Nous avons rappelé notre attachement à l‘égard des accords de Minsk. Il n’y a pas d’alternative, il n’y a pas de plan B. Les accords de Minsk doivent être mis en oeuvre”.

Pour Paris, un accord plus global la semaine prochaine serait possible.

Ces accords négociés au forceps avec Moscou en février 2015 prévoient aussi des élections libres dans les zones séparatistes. Or Kiev traîne les pieds.

Pavlo Klimkin, ministre ukrainien des des Affaires étrangères : “Nous devons voir clairement ce qui va se passer et en même temps voir les garanties que remplira la partie russe. Les progrès à réaliser doivent nous conduire à la possibilité de nous réunir dans le format de Normandie.”

Cette nouvelle trêve est la 3e du genre depuis le début de l’année. Mardi, trois soldats ukrainiens et trois combattants pro-russes ont encore été tués. Le conflit a déjà fait 9500 morts depuis 2014.

Avec Agences