DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Belgique : première euthanasie d'un mineur

monde

Belgique : première euthanasie d'un mineur

Publicité

Pour la première fois, en Belgique un mineur a été euthanasié à sa demande comme la loi l’y autorise depuis 2014. Agé de 17ans, il souffrait d’une maladie en phase terminale. La Belgique est le seul pays au monde à autoriser cette fin de vie volontaire sans limite d‘âge.

Le président de la Commission fédérale de contrôle et d‘évaluation de l’euthanasie, le professeur Wim Distelmans a souligné que ces cas de figure restaient exceptionnels. “Heureusement, ça n’arrive pas souvent que des mineurs soient en phase terminale”, explique t-il, “par ailleurs, les docteurs utilisent encore la vieille méthode, ils plongent le patient dans un coma artificiel jusqu‘à la fin, c’est ce qu’on appelle la sédation palliative”.

La loi prévoit plusieurs conditions pour accéder à la requête d’un malade, le mineur doit être atteint d’une maladie incurable, il doit être en “capacité de discernement”, et ses parents doivent également donner leur consentement.

Pour Jean-Jacques de Gucht, sénateur et partisan de l’euthanasie, “beaucoup de ceux qui sont confrontés à une maladie ont trouvé une certaine tranquillité d’esprit car ils savent qu’ils peuvent poser la question de l’euthanasie. Ils ne vont pas forcément le faire mais ils en ont la possibilité et ça fait une grande différence”.

Aux Pays-Bas voisin, l’euthanasie est également autorisée pour les mineurs mais avec un seuil fixé à douze ans. En Belgique la réforme de la loi en février 2014 avait soulevé une vive controverse.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article