DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Charlie Hebdo : réouverture de l'imprimerie où périrent les frères Kouachi


France

Charlie Hebdo : réouverture de l'imprimerie où périrent les frères Kouachi

Une “renaissance”. C’est ainsi que François Hollande a qualifié ce jeudi la réouverture de l’imprimerie de Dammartin-en-Goële près de Paris, dans laquelle s‘étaient retranchés les auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo.

Le gérant, Michel Catalano, a été décoré de la Légion d’honneur. Il avait été pris en otage pendant une heure et demie avant d‘être libéré, alors qu’un de ses employés Lilian, s‘était caché pendant huit heures sous un évier, tout près des terroristes.

“Ce qui me réjouit le plus encore, c’est d’avoir dans cette salle Lilian auprès de sa famille, ainsi que Didier, et Stéphane, qui a pu croiser leur chemin. C’est quelque chose qui me touche énormément. Le plus important pour moi, c’est que toutes ces personnes soient aujourd’hui dans la salle”, a déclaré Michel Catalano, encore très marqué par les évènements.

“La volonté humaine, ce n’est pas à un moment de résister, ça c’est l’acte premier, c’est aussi de construire, de reconstruire et je viens ici pour une inauguration”, a déclaré de son côté le président Hollande.

Le 9 janvier 2015, deux jours après l’attaque contre la rédaction de Charlie Hebdo, les frères Kouachi terminent leur cavale dans cette imprimerie, à une trentaine de kilomètres de Paris. Ils seront abattus lors de l’assaut du GIGN, qui fait d’importants dégâts. La rénovation de l’imprimerie a coûté plus d’un million et demi d’euros. Une somme financée par l‘État, les assurances et une collecte de dons sur Internet.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'Inde mène des "frappes chirurgicales" au Cachemire