DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Espagne: guerre interne au parti socialiste


Espagne

Espagne: guerre interne au parti socialiste

Rien ne va plus au PSOE, le parti socialiste espagnol. Son secrétaire général Pedro Sanchez a essuyé ce mercredi la démission de 17 des 35 membres du comité exécutif du parti, qui lui reprochent d‘être résponsable de la défaite lors des élections législatives de juin et et de l’ingouvernabilité qui caractérise la péninsule depuis près d’un an.

Veronica Perez, présidente du comité fédéral (sorte de parlement du parti) revendique la direction provisoire du PSOE. “Quand le secrétaire général du comité exécutif démissionne ou que plus de la moitié de ses membres démissionne, cela implique la dissolution immédiate du comité exécutif“, a-t-elle déclaré à la presse devant le siège du PSOE, plus vieux parti d’Espagne. Des déclarations contestées par les membres non-démissionnaires du comité fédéral, restés fidèles à Sanchez.

Ce jeudi, dans un communiqué, le PSOE évoque la probable convocation d’un congrès extraordinaire, au cours duquel sera élu un nouveau Comité exécutif fédéral.

Le Parti Populaire (PP) de Mariano Rajoy a remporté les dernières élections, mais sans majorité absolue. S’il avait le soutien des centristes de Ciudadanos (C’s) pour gouverner, il s’est heurté au veto des socialistes de Pedro Sanchez (PSOE), et de son nouveau concurrent de aille à gauche : le parti Podemos de Pablo Iglesias.

Résultat : cela fait neuf mois que l’Espagne n’a pas de gouvernement. Si aucun cabinet n’est investi avant le 31 octobre, de nouvelles élections devront être tenues. Les troisièmes en moins d’un an, un record mondial.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Charlie Hebdo : réouverture de l'imprimerie où périrent les frères Kouachi