DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Brexit : le secteur automobile redoute les barrières douanières


économie

Brexit : le secteur automobile redoute les barrières douanières

Les constructeurs automobiles, implantés au Royaume-Uni, s’inquiètent des conséquences du “Brexit” sur leurs exportations vers le marché européen. Le PDG de Nissan, Carlos Ghosn, entend ainsi demander des ‘‘compensations’‘ à Londres, en cas de barrières douanières, qui pourraient pénaliser son usine de Sunderland, où 80 % de la production est destinée à l’export. Et il souhaite être fixé rapidement sur la tournure des futures négociations.

“Il est très difficile de prendre des décisions en matière d’investissement ou d’envisager l’avenir si vous ignorez la relation que le Royaume-Uni va entretenir avec son principal partenaire commercial, en l’occurrence le reste de l’Europe. Si par exemple des taxes devaient être imposées sur des produits allant du Royaume-Uni vers l’Europe, ce serait très préjudiciable pour le développement de notre usine britannique.’‘

Le PDG de Jaguar Land Rover, Ralf Speth, a fait part également de ses préoccupations. Il estime que l’imposition de barrières douanières pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l’emploi.

Même son de cloche chez Toyota, le groupe japonais indique que d‘éventuels droits de douane pèseront lourdement sur le fonctionnement de son usine britannique.

Environ, 57 % des voitures produites au Royaume-Uni sont achetées dans le reste de l’Europe.

Avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Mondial de l'automobile : le virage électrique