DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Expo-photo sur la guerre russo-ukrainienne saccagée à Moscou par des nationalistes

Une quarantaine de militants nationalistes ont saccagé jeudi à Moscou une exposition de photographies représentant des soldats ukrainiens en train de combattre des séparatistes prorusses dans l’est de

Vous lisez:

Expo-photo sur la guerre russo-ukrainienne saccagée à Moscou par des nationalistes

Taille du texte Aa Aa

Une quarantaine de militants nationalistes ont saccagé jeudi à Moscou une exposition de photographies représentant des soldats ukrainiens en train de combattre des séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine. Ils l’ont qualifié de “fasciste”. A la tête de ces manifestants, un élu local de Moscou, Dmitry Zakharov, bien connu pour ses positions extrémistes. “Je suis venu remettre au directeur du centre Sakharov, qui présente cette exposition, une bouteille contenant du sang des enfants de Donbass, car les soldats que l’on voit en photo ont tué des enfants. Et je veux donner une vision objective de ce qui s’est réellement passé.”

Ce n’est, évidemment, pas l’avis du photographe dont les oeuvres sont exposées, Sergueï Loïko. Un journaliste familier des zones de guerre (Géorgie, Tchétchénie, Afghanistan ou encore Irak), qui travaille pour le quotidien américain Los Angeles Times. “Le côté de l’histoire qui n’est pas représenté dans cette exposition l’est largement en
Russie, réplique-t-il. Il vous suffit d’allumer votre téléviseur, d’ouvrir un journal, de discuter avec un nationaliste dans la rue, et vous entendrez cette autre version de l’histoire. Alors, pourquoi se sentir à ce point offensé et devenir hystérique ? Si vous voulez montrer un autre regard sur l’histoire, organisez votre propre exposition.”

Dimanche dernier, toujours à Moscou, l’exposition d’un photographe américain, Jock Sturges, avait dû être fermée après le passage de militants l’accusant de pédophilie. Et, en août, encore à Moscou, d’autres militants, des orthodoxes, avaient détruit des oeuvres d’un sculpteur soviétique. Parce qu’ils les jugeaient “blasphématoires”…