DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Quatre témoins de la mission Rosetta s'expriment


Allemagne

Quatre témoins de la mission Rosetta s'expriment

Jeremy Wilks (Euronews)
“La mission Rosetta est terminée. L’engin spatial est maintenant sur la comète, et il ne reviendra pas. Je suis avec certains des pionniers de la mission. Matt Taylor, que ressentez-vous ?”

Matt Taylor (Rosetta Project Scientist, Agence spatiale européenne)
“Je parlerais d’un sentiment aigre-doux. Nous avons perdu une part de notre vie, comme un membre de notre famille.
Mais nous savons que nous disposons maintenant de toutes les pièces du puzzle pour avancer et résoudre les mystères du système solaire, et c’est ce que nous étions censés faire avec Rosetta. C’est ainsi avec la science.”

Jeremy Wilks (Euronews)
“Ramy El-Maary a travaillé sur ces images fantastiques que nous avons obtenues de la surface de la comète. Quelle est la suite des opérations ?”

Mohamed Ramy El-Maarry (OSIRIS camera scientist, Université de Berne)
“Nous allons devoir nous assurer de la qualité de ces images. Il sera à cet égard très intéressant de les comparer à, par exemple, celles prises par l’appareil-photo Rolis embarqué sur le robot Philae au moment de son atterrissage. Le terrain était très similaire, mais la localisation était différente. Nous pourrons ainsi déterminer le degré d’homogénéité de cette comète poussiéreuse.”

Jeremy Wilks (Euronews)
“Roger-Maurice Bonnet a connu les tout débuts de l’aventure Rosetta. Racontez-nous ce démarrage.”

Roger-Maurice Bonnet (ancien directeur scientifique, l’Agence spatiale européenne)
“Cette mission a commencé en 1983 par un appel à l’ensemble de la communauté scientifique. L’année suivante, il était question d’un projet visant à aller chercher un échantillon de noyau d’une comète ou d’un astéroïde. Cela a pris dix ans pour définir précisément les contours de la mission Rosetta. Je dois vous avouer qu’au départ, on n‘était pas très chauds à l’idée d’aller sur une comète. Car une comète, ce sont des poussières, pourquoi aller les voir de si près ? Mais, quand on regarde aujourd’hui tout ce que l’on en a appris, ça valait la peine de réaliser ce qui ressemble
après coup plutôt à un rêve.”

Jeremy Wilks (Euronews)
“Koen Geurts a été en première ligne sur l’ensemble de l’expérience du robot Philae. Où en êtes-vous aujourd’hui ?”

Koen Geurts (Rosetta Philae Lander Technical Manager, DLR Berlin)
“C’est étrange. Ma dernière expérience d’atterrissage, c‘était il y a deux ans, avec Philae. Beaucoup d‘émotions et de sensations positives. Et maintenant, tout le monde est heureux du succès considérable de Rosetta, mais nous sommes également tristes que cela se termine. Les échanges quotidiens avec les collègues, c’est fini. Alors c’est une journée étrange.”

Jeremy Wilks (Euronews)
“Merci à tous de votre présence au centre opérationnel de l’Agence spatiale européenne de Darmstadt (Allemagne). La mission Rosetta a beau être terminée, la recherche sur les données collectées va se poursuivre pendant des décennies.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Turquie : purge dans les milieux judiciaire, médiatique et pénitentiaire