DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Voiles de Saint-Tropez ont le vent en poupe

C’est l’un des derniers grands évènements de la saison nautique : les Voiles de Saint-Tropez.

Vous lisez:

Les Voiles de Saint-Tropez ont le vent en poupe

Taille du texte Aa Aa

C’est l’un des derniers grands évènements de la saison nautique : les Voiles de Saint-Tropez. Pendant neuf jours, le village mythique de la Côte d’Azur s’anime pour ce rassemblement de bateaux de tous âges. Les propriétaires sont venus du monde entier avec leur voilier. Au total, 4000 marins sont présents pour des courses uniques où s’alignent 300 bateaux, certains modernes et d’autres beaucoup plus anciens.

André Beaufils, président de la Société Nautique de Saint-Tropez qui organise les épreuves : “Le plus ancien a 120 ans, donc c’est un beau centenaire qui navigue toujours en régate, qui est parfaitement entretenu bien sûr. C’est d’ailleurs une des caractéristiques de ces bateaux en général. Les propriétaires sont des passionnés qui ont à coeur de maintenir dans un excellent état ces bateaux.”

Le long de la jetée, le spectacle des régates est fascinant et attire chaque jour des dizaines de milliers de spectateurs. Indiscutablement, les embarcations les plus anciennes sont les plus appréciées. Cambria, construit en 1948, est le seul et ultime bateau de la classe à n’avoir subi aucune modification.

Loïck Peyron, skipper : “Ici aux Voiles de Saint-Tropez, on a un siècle de navigation. Les bateaux les plus compétitifs sont les plus vieux paradoxalement, parce que la plupart de ces vieux bateaux étaient faits pour les régates de l‘époque. Ces bateaux étaient futuristes pour leur époque. Les bateaux modernes que l’on a ici, ce sont les plus beaux bateaux modernes de croisière rapide, mais ils sont à des années-lumière de la compétition que j’ai la chance de pratiquer.”

Après la victoire de Cambria mardi, celle d’Hallowe’en mercredi puis de Moonbeam III vendredi, la dernière journée des régates a été marquée par la victoire de Moonbeam IV, construit en 1918. Le skipper Michael Creach et son équipage remportent ainsi le classement général du Trophée Rolex.

Laurence Alexandrowicz est notre envoyée spéciale à Saint-Tropez : “En bois ou en carbone, 11 ou 50 mètres de long, l’essentiel ici, c’est la beauté de la glisse sur la mer, théâtre des joutes aquatiques éblouissantes.”