DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Krach éclair de la livre

Problème technique ou craintes liées à un "hard Brexit" ? La livre sterling a subi un "flash crash" sur les marchés asiatiques

Vous lisez:

Krach éclair de la livre

Taille du texte Aa Aa

Problème technique ou craintes liées à un “hard Brexit” ? La livre sterling a subi un krach éclair sur les marchés asiatiques jeudi soir peu avant minuit en Europe. La monnaie britannique a décroché de plus de 6% face au dollar en quelques minutes, avant d’effacer une partie de sa chute.

La Banque d’Angleterre tente de faire la lumière sur les raisons du krach, survenu quelques heures après que François Hollande a prôné la fermeté lors des négociations sur le Brexit. Des déclarations qui auraient pu être surinterprétées par les systèmes informatiques.

Le Royaume-Uni a décidé de faire un Brexit, je crois même un Brexit dur. Eh bien il faut aller jusqu’au bout de la volonté des Britanniques de sortir de l’Union européenne. Et nous devons avoir cette fermeté. Si nous ne l’avons pas, nous mettrons en cause les principes-mêmes de l’Union europenne“ avait déclaré le président français lors d’un discours à l’institut Jacques Delors à Paris.

Après que Theresa May a annoncé le début du Brexit d’ici le mois de mars, la livre est partie pour connaître sa pire dégringolade hebdomadaire contre dollar depuis plus de 7 ans.

Pour l’analyste Michael Hewson, les déclarations politiques ne sont pas pas les seules explications au cours actuel de la monnaie britannique : “je pense qu’il est encore possible que la livre s’affaiblisse, surtout face au dollar car il y beaucoup de spéculation : la réserve fédérale pourrait bien relever ses taux d’intérêts en décembre. Un cycle de hausse des taux pourrait accroître la pression sur la livre.

La Première ministre Theresa May a récemment critiqué la politique monétaire de la Banque d’Angleterre, dont les taux bas favorisent l’export mais pénalisent le pouvoir d’achat et l‘épargne des Britanniques.

Tentant d’apaiser la polémique, le gouverneur de la BoE Mark Carney a déclarer partager la volonté du nouveau gouvernement de réformer l‘économie.

Avec agences