DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le combat sans fin contre les mariages forcés


monde

Le combat sans fin contre les mariages forcés

Saviez-vous que chaque seconde une jeune fille de moins de 18 ans est mariée de force dans le monde ? Rien que pour 2016, cela représentera quinze millions de filles.
Les statistiques donnent le tournis : d’ici 2030 le nombre de filles mariées sans leur consentement devrait passer de 700 millions actuellement à 950 millions, selon les Nations unies.

Cela méritait bien une journée de sensibilisation internationale. La 5e journée des filles qui vient de se tenir le 11 octobre.

“Pour toutes les filles du monde”

Promise à un mariage forcé, Radha Rani est parvenue à s’enfuir de chez elle lorsqu’elle avait 14 ans. Cette jeune Bangladaise se bat désormais “pour toutes les filles du monde”.
Invitée à Paris pour apporter son témoignage, elle est devenue la porte-parole de l’ONG Plan International.

Elle raconte son histoire dans cette vidéo :

La jeune fille rappelle qu’un mariage forcé implique non seulement le viol et les mauvais traitements, mais qu’il signifie généralement le renoncement à toute ambition professionnelle.
Un véritable cercle vicieux : sans éducation les jeunes filles ne peuvent pas aider financièrement leur famille qui se résolvent alors à les marier de force. Et ainsi de génération en génération.

Dans les camps de réfugiés

L’histoire de Sahar (son prénom a été modifié) est doublement plus triste. Syrienne d’origine, elle a fui la guerre avec ses parent pour se réfugier au Liban. C’est là que son père a finalement décidé de la marier, pour des raisons économiques, explique-telle. Elle a aujourd’hui 14 ans et est déjà enceinte. Sahar n’est hélas pas la seule dans ce cas. Selon Save the Children, en 2013, une fille sur quatre (âgée de 15 à 17 ans) avait été mariée de force.

Un palmarès édifiant

Au palmarès des pays où d‘énormes progrès restent à accomplir en ce qui concerne les chances données aux jeunes filles, sur 144 pays, voici les dix pays qui arrivent tout en bas du tableau : le Niger, le Tchad, la République centrafricaine, le Mali, la Somalie, la Sierra Leone, le Malawi, la Guinée, le Nigeria et la Côte d’Ivoire, selon l’“index international”:https://campaigns.savethechildren.net/sites/campaigns.savethechildren.net/files/Every%20Last%20Girl%20Africa%20online%20version.pdf de Save the Children (en anglais, graphique pages 24 et 25).

euronews a aussi mentionné récemment le cas du Népal où le mariage des enfants reste très ancré dans les mentalités. Un exemple parmi tant d’autres pour lequel des changements sont possibles.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'épidémie de "clowns maléfiques" s'étend