DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jérusalem-Est : le patrimone de la discorde

A l'Unesco, deux résolutions concernant le patrimoine palestinien de l'Unesco ont provoqué colère et réprobration côté israélien.

Vous lisez:

Jérusalem-Est : le patrimone de la discorde

Taille du texte Aa Aa

La ville de Jérusalem au coeur d’une nouvelle bataille diplomatique. En cause : l’adoption prochaine de deux résolutions de l’Unesco visant à protéger le patrimoine culturel palestinien de Jérusalem-Est (un secteur occupé par Israël).

Point of view

Le théâtre de l'absurde continue à l'Unesco

Benyamin Netanyahu Premier ministre israélien
Cette distinction patrimoniale a aussitôt suscité colère et réprobation. Pour Israël, ces résolutions passent sous silence le lien historique entre le peuple juif et le mont du Temple.

Benyamin Netanyahu, Premier ministre israélien : “Le théâtre de l’absurde continue à l’Unesco. Aujourd’hui l’organisation a adopté une autre décision délirante qui dit que le peuple d’Israël n’a aucun lien avec le mont du Temple et le mur des Lamentations.”

Les deux textes ont été adoptés jeudi en commission mais pour être validés définitivement ils doivent encore être soumis au vote du Conseil exécutif, mardi prochain.
Le délégué palestien à l’Unesco conteste les critques d’Israël.

Mounir Anastas: “Israël prétend que dans cette décision les Palestiniens et le groupe des pays arabes denient l’importance historique de la vieille ville de Jérusalem au peuple juif. En réalité, si vous lisez le 3e paragraphe de la décision, vous verrez que cela part d’une reconnaissance de l’importance historique pour les trois religions monothéistes.”

Washington s’est opposée à la rédaction de ces résolutions ainsi que cinq autres pays.

Lorsque la Palestine a été admise à l’Unesco, en 2011, Israël et les Etats-Unis ont cessé de verser leur contribution financière à l’organisation.
Depuis 2013, les deux pays ont perdu leur droit de vote à la Conférence générale de l’Unesco qui fixe le budget et le programme de l’organisation.
En revanche, les Etats-Unis sont restés membres du Conseil exécutif pour la mise en application des programmes décidés par la Conférence générale.

Avec Agences