DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

ExoMars: mission presque accomplie


monde

ExoMars: mission presque accomplie

La mission ExoMars n’est pas compromise mais le premier volet n’a pas été un succès complet. Telles sont les conclusions de la mise en orbite d’une sonde et l’arrivée de l’atterrisseur Schiaparelli mercredi sur la planète rouge. En tout cas, des données extraordinaires vont pouvoir être désormais récoltées à la recherche de traces de vie sur Mars.

“Le parachute d’atterissage de l’atterrisseur a bien fonctionné et le bouclier thermique de la capsule lui permettant de rentrer dans l’atmosphère à grande vitesse s’est déployé normalement, se réjouit Andrea Acomazzo. D’après les premières analyses, le disque dur a pu nous envoyer beaucoup de données très importantes. Maintenant il s’agit de bien comprendre pourquoi l’atterrisseur ne s’est pas comporté comme nous l’attendions.”

Le vrai succès de cette mission est la mise en orbite réussie de la sonde européano-russe TGO autour de Mars. Elle va pouvoir “renifler” l’atmosphère martienne :

“C’est un vrai grand succès, tous les paramètres enregistrés en provenance du TGO sont absolutement uniques, c’est seulement la deuxième fois qu’une insertion en orbite autour de mars est réussie, 13 ans après Mars Express.”

La perte éventuelle de l’atterrisseur Schiaparelli n’est donc pas une catastrophe, l’Europe ne sera pas encore la deuxième puissance, après les Etats-Unis, à atterrir en douceur sur Mars mais elle saura ce qui n’a pas fonctionné et pourra préparer au mieux la mission de 2020 avec l’arrivée programmée d’un rover européano-russe sur la planète rouge.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

monde

ExoMars: première mission accomplie