DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : dernier jour avant le démantèlement de la "Jungle" de Calais


France

France : dernier jour avant le démantèlement de la "Jungle" de Calais

C’est lundi que débutera l‘évacuation de la “Jungle” de Calais, ce camp situé dans le nord de la France et qui abrite plus de 6500 migrants.

La justice a donné, en début de semaine, son feu vert au démantèlement du site.
La préfète a signé vendredi les arrêtés d’expulsion.

Depuis, les ONG s’emploient à expliquer aux réfugiés ce qui va se passer lundi.

On leur parle et on essaie de leur donner un maximum d’informations. On veut éviter qu’ils soient choqués ou en colère ou effrayés par ce qui va se passer. On veut qu’ils soient préparés, et qu’ils acceptent de partir.
Claire Mosley, responsable de l’association britannique ‘Care 4 Calais’

Ce camp est le seul du genre qui existe en France. A Paris, les gens vivent dans la rue. Là ici, au moins, vous voyez… Mais bon, lundi, ils vont tout brûler.
Réfugié souhaitant rester anonyme

A partir de lundi, les réfugiés seront redirigés vers des Centres d’accueil et d’orientation (CAO) répartis à travers tout le territoire.
Dès lors, les autorités étudieront les dossiers de demandes d’asile.
L‘évacuation de la “Jungle” devra être bouclée en une semaine.

Par précaution, plus de 1200 policiers et gendarmes sont mobilisés aux abords du site. Les autorités redoutent que des réfugiés cherchent à rester sur place.
Elles redoutent surtout d‘éventuelles manifestations violentes de la part de militants radicaux opposés à ce démantèlement.

Pour aller plus loin

>> Le démantèlement de la “Jungle”, mode d’emploi

>> Démantèlement de la “Jungle” de Calais : une sécurité renforcée, reportage de France Télévision, à voir ici

>> La “Jungle” de Calais, 18 mois d’une histoire mouvementée, chronologie publiée sur le site du Point, à lire ici

>> “Jungle News”, série de reportages parus sur le site d’ Arte, à consulter ici

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

A Rome, les syndicats disent 'non' à Matteo Renzi