DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mossoul : fumées toxiques pour ralentir la progression des forces irakiennes


Irak

Mossoul : fumées toxiques pour ralentir la progression des forces irakiennes

Hot Topic Plus sur le sujet Mosul

En Irak, de grands rideaux de fumée dans la région d’al-Qarraya au sud de Mossoul. Des fumées toxiques émanant d’une usine de soufre incendiée il y a trois jours par des djihadistes du groupe Etat islamique.

Ce samedi, les autorités irakiennes affirment avoir éteint l’incendie.
N’empêche, les militants islamistes ont ainsi réussi à retarder la progression des forces armées dans leur reconquête de Mossoul.

Mais surtout, la conséquence, ce sont les dégâts sur la population civile habitant les environs.
Au moins deux morts, disent certaines sources, et de nombreuses personnes hospitalisées.

Les personnes qui se sont présentées avaient du mal à respirer, en raison des fumées toxiques liées à l’incendie de l’usine de soufre. Ceux qui sont les plus fragiles sont les personnes âgées et les enfants, notamment ceux qui sont sujets à l’asthme.
Saddam Jumaa, médecin

Les forces gouvernementales et les combattants kurdes irakiens ont engagé en début de semaine une vaste offensive pour reprendre le contrôle de Mossoul, aux mains du groupe Etat islamique.

L’avancée des Peshmergas

Et pendant que les troupes d‘élite de l’armée progressent depuis le sud de Mossoul, les peshmergas kurdes, eux, avancent sur le front nord.
Ce samedi, ils étaient dans le village de Batnaya, à une quinzaine de kilomètres de Mossoul.

Abou Bakr al-Baghdad à Mossoul ?

Par ailleurs, d’après certains témoignages, le chef de l’organisation Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdad se trouverait à Mossoul.
C’est en tout cas ce qu’a affirmé le ministre de l’Intérieur du gouvernement régional du Kurdistan.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

France

France : dernier jour avant le démantèlement de la "Jungle" de Calais