DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Royaume-Uni : guerre de succession au sein de UKIP


Royaume-Uni

Royaume-Uni : guerre de succession au sein de UKIP

Au Royaume-Uni, la guerre de succession continue pour présider le UKIP (UK Independance Party), le parti europhobe pro-Brexit.

Dimanche matin Suzanne Evans a annoncé sa candidature aux élections internes.
Ancienne journaliste de la BBC, elle veut rendre son parti “moins toxique”, dit-elle. Mais elle n’est pas soutenue par Nigel Farage, l’actuel leader du UKIP.

Dans cette bataille brutale, Paul Nuttall, député européen, est également entré en compétition ce dimanche. Militant anti-avortement, Nuttal est aussi partisan de la peine de mort.

Mais un 3e candidat encore plus extrémiste s’est déclaré. Raheem Kassam a été accusé de racisme par sa principale rivale.
Mais Raheem Kassam a surtout reçu le soutien d’Arron Banks, le plus gros donateur du parti, un richissime homme d’affaires.

Cette campagne intervient sur fond de règlement de compte : début octobre Steven Woolfe, un autre député européen UKIP – et éphémère candidat – a été violemment agressé par un de ses collègues au sein même du Parlement européen.
Steven Woolfe a, depuis, démissionné du parti.

La question est de savoir qui de tous ces candidats succèdera finalement à l’incontournable Nigel Farage.
En juin dernier, juste après la victoire du Brexit, le leader du UKIP a annoncé sa démission du Parti.
Depuis, ses amis se déchirent pour le remplacer.
Résultat des courses : le 28 novembre.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Lituanie : vers une victoire de l'opposition aux législatives