DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Calais : près de 200 mineurs de la "Jungle" sont partis en Grande-Bretagne


France

Calais : près de 200 mineurs de la "Jungle" sont partis en Grande-Bretagne

Près de 200 mineurs non accompagnés en provenance de la jungle de Calais sont arrivés la semaine dernière en Grande-Bretagne. Un quart d’entre eux ont été transférés au nom de la vulnérabilité et non pas des liens familiaux.
C’est le résultat d’un amendement britannique, pour la première fois utilisé, au grand dam des ONG qui déplorent le manque d’anticipation et d’organisation.

“C’est comme être assis sur le siège passager d’une voiture qui roule très lentement vers une falaise souligne George Gabriel, porte-parole de “Citizens UK community organisation”. Nous savions que le camp allait être démoli. Lors de la dernière démolition, 126 enfants ont été portés disparus: on savait que cette fois, ce serait pire.”

Selon l’ONG France Terre d’Asile, près de 1.300 mineurs s’entassent dans la “Jungle” de Calais. Environ 500 font état de famille au Royaume-Uni. L’enjeu est de traiter le maximum de dossiers et de convaincre Londres d’en prendre aussi le maximum. Les efforts franco-britanniques battent leur plein pour transférer le maximum de ces jeunes au Royaume-Uni.

En France, la ministre du Logement appelle Londres à accélérer l’accueil des enfants isolés du campement de Calais. Emmanuelle Cosse déplore les réticences du Royaume-Uni à les accueillir sur son sol. Elle demande que l’ensemble des enfants relevant du regroupement familial soit admis le plus rapidement possible.

Sur ce sujet sensible, on se contente d’indiquer de source proche du ministère français de l’Intérieur qu’“on aimerait aller bien au delà”, alors que des négociations “très dures” ont été ouvertes avec Londres.

Sources : AFP, Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'évacuation de la Jungle de Calais a commencé