DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Fusion AT&T/Time Warner : la classe politique unanimement contre


entreprises

Fusion AT&T/Time Warner : la classe politique unanimement contre

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Mauvais départ pour la fusion entre AT&T et Time Warner. Depuis la publication des bans de mariage samedi, l’opérateur télécom et le groupe multimédia américains essuient les tirs croisés de leurs rivaux et
des régulateurs, inquiets pour la concurrence. A tel point que la campagne présidentielle s’est emparée du sujet.

Unanimement contre

Je partage ces inquiétudes,“ a ainsi affirmé le candidat démocrate à la vice-présidence, Tim Kaine. “Je suis pour la concurrence. Moins il y a de concentration, mieux c’est, notamment dans les médias. Cette opération vient tout juste d‘être annoncée, je n’ai pas eu accès aux détails. Mais ce sont les questions que nous devrons poser.

Et le sénateur Bernie Sanders, porte-voix de l’aile gauche du parti démocrate d’appeler à “tuer une fusion (…) synonyme de hausses de prix et de moins de choix pour les Américains.

Même son de cloche chez le candidat républicain. Donald Trump s’est engagé à bloquer l’opération s’il est élu le 8 novembre. “C’est trop de pouvoir entre les mains de trop peu de gens“, a-t-il déclaré.

Intégration verticale

Le PDG d’AT&T, Randall Stephenson, a répliqué ce lundi en rappelant que les deux groupes n‘étaient en compétition nulle part. “Cette fusion est purement une intégration verticale“ et non une consolidation, a-t-il martelé.

Dans ce contexte tendu, les analystes estiment que le département américain de la Justice prendra 13 mois au moins pour examiner les conséquences de l’opération de 85,4 milliards de dollars (78,5 milliards d’euros) – au risque de compromettre une finalisation d’ici fin 2017.

Avec AFP, Reuters.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

entreprises

Chute de la livre : Microsoft relève ses prix au Royaume-Uni