DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Dancer", le documentaire sur l'étoile atypique Sergueï Polounine


cinema

"Dancer", le documentaire sur l'étoile atypique Sergueï Polounine

En partenariat avec

Sergueï Polounine avait fait sensation en 2012. A 23 ans à peine, après avoir été le plus jeune premier danseur du Royal Ballet, il décide, au sommet de sa gloire, de mettre un terme à sa carrière.

Un documentaire de Steven Cantor, “Dancer” lui est consacré.

Sergueï Polounine : “Je voulais avancer avec vers d’autres choses. Je voulais garder une trace de la danse avant d’aller vers le cinéma. Je me suis dit qu’un documentaire serait parfait pour témoigner de la carrière de danseur.”

Le grand public le découvrira vraiment dans le clip réalisé par David LaChapelle sur le titre «Take Me to Church» qui a compté plus 16 millions de vues.

Sergueï Polounine : “Je voulais vraiment que “Take Me To Church” soit ma dernière danse. Je voulais rester à Hollywood et prendre des cours d’art dramatique. Mais quand je me suis retrouvé là c‘était très émouvant. J’ai pleuré pendant 9 heures. Le tournage a duré longtemps et j’ai dû contenir mes émotions. Je suis devenu vide et j’ai eu le temps de penser à ce que j’allais faire ensuite. Est-ce que finalement j’allais arrêter la danse.”

Le film suit le parcours de Sergueï Polounine, de son Ukraine natale où il commence à danser à l‘âge de 3 ans à peine jusqu‘à son départ pour Londres où il s’installera quand il n’avait que 13 ans.

Une décennie plus tard il voudra plus de liberté…

Sergueï Polounine : “En tant qu’artiste il faut créer. Parfois dans les grands corps de ballet vous faites toujours la même chose. C’est important d’explorer. Les artistes sont aussi importants que la trouve, que les costumes, que les décors et que les chorégraphes. C’est la raison pour laquelle je suis là pour dire : “Les danseurs ne vous laissez pas faire. Résistez !”

Sergueï Polounine est actuellement en train de tourner dans le monde entier avec un programme de danse contemporaine. Le film “Dancer” sortira au Royaume-Uni en mars prochain.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

"Good Girls Revolt" : une série "girl power"