DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Turquie : Diyarbakir en colère après l'arrestation de ses maires


Turquie

Turquie : Diyarbakir en colère après l'arrestation de ses maires

La colère de centaines de personnes dans les rues de Diyarbakir, la grande ville du sud-est de la Turquie à majorité kurde. Elles dénoncent l’arrestation des deux maires, jugés par le gouvernement proches de la rébellion kurde.
Canons à eau, coups de matraque, grenades lacrymogènes : la police disperse sans ménagement les manifestants .
25 personnes ont été interpellées.

Gültan Kisanak, figure importante de la cause kurde et première femme élue à la tête de Diyarbakir et le co-maire Firat Anli ont été interpellés mardi soir dans le cadre d’une enquête sur de présumées “activités terroristes” liées au PKK. Selon le parquet de Diyarbakir, Mme Kisanak et M. Anli sont notamment soupçonnés d’avoir permis l’utilisation de véhicules municipaux pour les funérailles de membres du PKK tués par les forces de sécurité, d’avoir “incité à la violence” ou encore d’avoir soutenu des appels en faveur d’une plus grande “autonomie”.

Le Parti démocratique des peuples (HDP), la principale formation pro-kurde du pays, appelle la communauté internationale à “ne pas rester silencieuse”. L’Union européenne a fait savoir qu’elle suivait “les informations très inquiétantes sur ces arrestations”.

Les autorités turques multiplient ces dernières semaines les suspensions et arrestations de responsables locaux et de fonctionnaires accusés de “propagande terroriste” ou de “soutien logistique” pour le compte du PKK.

D’autres manifestations pour réclamer la libération des deux édiles ont eu lieu dans le pays comme à Istanbul sous étroite surveillance policière.

Source : AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Etat Islamique exécute 30 personnes, dont des enfants, en Afghanistan