DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Séismes : abattement et désolation dans le centre de l'Italie


Italie

Séismes : abattement et désolation dans le centre de l'Italie

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Le petit village médiéval de Castellucio a été dévasté. Comme beaucoup d’autres dans cette région du centre de l’Italie, des églises, maison anciennes et édifices publics sont détruits.

Jusqu‘à 5 000 sites historiques ont été touchés par les différents séismes qui ont eu lieu en deux mois.

Des dizaines de milliers de personnes se retrouvent sans abri et sont venues s’ajouter aux sinistrés du mois d’août.

Francesco Battilocchi, conseiller municipal de Norcia, tout près de l‘épicentre du séisme, raconte :
« Les gens sont consternés, abattus, détruits psychologiquement car ils savent qu’ils ont tout perdu, ils ne savent pas quand ils vont pouvoir rentrer à la maison, si ils ont encore une maison, si ils ont encore un futur. Nous avons tous des boulots, des commerces et là on a tout perdu. On a plus rien dans nos mains et nous vivons dans un état d’anxiété qui nous brûle à l’intérieur. »

La série noire a commencé le 24 août, avec une première secousse qui a surpris tout le monde et fait 300 morts. Et l’activité sismique en Italie ne devrait pas cesser tout de suite.

Andrea Tertulliani, sismologue :
« Le tremblement de terre de 6.5 va, malheureusement, être suivi par une longue séquence de répliques, dont certaines pourront avoir une magnitude élevée. On ne peut pas dire si cela sera comparable au premier séisme, mais on peut affirmer que cette situation va durer plusieurs semaines. »

Le tremblement de terre de dimanche matin est le plus puissant depuis 1980 en Italie. Traçant des fissures jusque dans la montagne, il pourrait avoir fait six milliards d’euros de dégâts.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Montres de luxe et millions de dollars : le train de vie délirant des politiques ukrainiens