DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Onu accuse Daesh de déployer des boucliers humains dans Mossoul

La véritable bataille pour la libération de Mossoul a commencé, depuis que ce mardi les soldats irakiens sont entrés dans la ville, par l’est.

Vous lisez:

L'Onu accuse Daesh de déployer des boucliers humains dans Mossoul

Taille du texte Aa Aa

La véritable bataille pour la libération de Mossoul a commencé, depuis que ce mardi les soldats irakiens sont entrés dans la ville, par l’est. Les forces d‘élite sont en avance par rapport aux autres combattants, loyalistes, kurdes ou encore chiites soutenus par l’Iran, qui progressent sur les autres fronts. Ces forces d‘élites peuvent attendre des renforts avant de mener une attaque concertée pour avancer vers le centre-ville, ou progresser seules dans ces quartiers orientaux, en partie désertés par les jihadistes.

Point of view

Ils placent les gens près de leurs bâtiments et leurs installations militaires, susceptibles d'être des cibles. Ils utiliseront ces gens comme bouclier humain

Les forces irakiennes devront tenter aussi de faire s‘échapper la population, menacée d‘être utilisée comme bouclier humain. Lundi, dans des camions et autocars, les jihadistes auraient tenté de conduire à Mossoul “quelque 25.000 civils”, d’un village voisin. Cela inquiète l’ONU : “Daesh transporte des gens de plus en plus près de Mossoul, explique Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme. Il y a aussi des rapports selon lesquels ils placent les gens près de leurs bâtiments et leurs installations militaires, susceptibles d‘être des cibles militaires. Cela confirme qu’ils utiliseront ces gens comme bouclier humain, et qu’ils entassent des civils dans cette zone pour empêcher une opération militaire contre eux.”

L’urgence, c’est aussi de sauver les 600.000 enfants de Mossoul.

L’ONU estime que plus d’un million de civils pourraient rejoindre les quelque 18 000 personnes qui ont déjà fui leur foyer depuis le lancement de la bataille.