Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Les milieux pro-kurdes, bêtes noires d'Ankara

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Les milieux pro-kurdes, bêtes noires d'Ankara

<p>Pour le président Recep Tayyip Erdogan, le parti <span class="caps">HDP</span> est étroitement lié au <span class="caps">PKK</span> et de ce fait, il ne considère plus cette formation politique comme un interlocuteur légitime mais comme une menace qu’il faut stopper au plus vite. </p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Premier ministre Yıldırım: (Concernant la détention des députés du <span class="caps">HDP</span>) «La procédure est un processus prévu par la loi».</p>— Turquie en Français (@DiploPubliqueTR) <a href="https://twitter.com/DiploPubliqueTR/status/794488251386122240">4 novembre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <div style="padding:3px; padding-left:6px; border-left:4px solid #d0d0d0; background-color:#f1f1f1; margin-left:20px; font-style:italic;"> “Seule une élection peut contraindre ceux qui sont élus à quitter le pouvoir indique le Premier ministre turc Binali Yildirim. Personne ne peut s’opposer à cela. Mais si ceux qui sont élus sont impliqués dans des actes de terrorisme, ils doivent en payer le prix.”</div> <p>Pour le parti pro-kurde, ces arrestations marquent “la fin de la démocratie” dans le pays, “un coup d’Etat contre le pluralisme” :</p> <div style="padding:3px; padding-left:6px; border-left:4px solid #d0d0d0; background-color:#f1f1f1; margin-left:20px; font-style:italic;"> “Il ne s’agit plus des parlementaires du <span class="caps">HDP</span>, il ne s’agit plus du parti lui-même souligne le porte-parole du <span class="caps">HDP</span> Ayhan Bilgen. Il est question ici de savoir si la provocation pour faire glisser la Turquie dans une guerre civile va atteindre son but ou non”.</div> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="tr" dir="ltr">.<a href="https://twitter.com/ayhanbilgen"><code>ayhanbilgen</a>: Bugün baskıyla egemenlik kuranlar yarın kaybedecek. <a href="https://t.co/9JrgPNSjxk">https://t.co/9JrgPNSjxk</a> <a href="https://t.co/2ZsaKNUMki">pic.twitter.com/2ZsaKNUMki</a></p>&mdash; HDP (</code>HDPgenelmerkezi) <a href="https://twitter.com/HDPgenelmerkezi/status/794521479023042560">4 novembre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Présomption d’innocence, procédures respectées, transparence : le <a href="http://www.ohchr.org/FR/Pages/Home.aspx">Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme</a> émet des doutes :</p> <div style="padding:3px; padding-left:6px; border-left:4px solid #d0d0d0; background-color:#f1f1f1; margin-left:20px; font-style:italic;"> “Bien que le gouvernement ait déclaré l‘état d’urgence et qu’il ait dérogé à certains principes du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, nous sommes préoccupés par le fait que, les mesures prises vont au-delà de ce qui est permis.”</div> <p>Le torchon brûle de plus en plus entre Berlin et Ankara. L’Allemagne très inquiète, met en garde la Turquie : </p> <div style="padding:3px; padding-left:6px; border-left:4px solid #d0d0d0; background-color:#f1f1f1; margin-left:20px; font-style:italic;"> “La lutte contre le terrorisme ne doit pas servir d’excuses pour faire taire politiquement l’opposition, ou pour la mettre derrière les barreaux” prévient le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier .</div> <p>Federica Mogherini, la chef de la diplomatie européenne, s’est dite “extrêmement inquiète” après ces interpellations. Elle va organiser une réunion des ambassadeurs de l’Union européenne à Ankara.</p>