DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Trump ou Clinton, qui lèvera l'embargo sur Cuba ?


Business

Trump ou Clinton, qui lèvera l'embargo sur Cuba ?

Deux après rapprochement entre les Etats-Unis et Cuba, l‘île castriste reste asphyxiée par l’embargo américain, qui menace de sanctions les entreprises faisant du commerce sur l‘île.

Résultat: le gouvernement cubain ne parvient pas à réaliser son objectif, d’attirer deux milliards de dollars d’investissements étrangers par an.

Il faut aller plus loin, et les yeux sont tournés vers les élections américaines. “Hillary s’est toujours prononcée pour la levée de l’embargo, donc je la vois mal revenir sur ce ce que le président Obama a fait. Elle devrait plutôt continuer. Donald Trump… qui sait! Il souffle le chaud et le froid sur Cuba. L’an dernier il était favorable au rapprochement, puis il a baissé dans les sondages en Floride, donc il dit maintenant qu’il veut annuler les accords. Mais je n’y crois pas“ explique le président de l’association “engage Cuba”, qui milite pour le rapprochement entre les deux pays.

La Foire internationale de La Havane (FIHAV) se tient ces jours-ci pour attirer les entreprises étrangères. Plus de 4 500 exposants de 75 pays ont fait le déplacement.

Dans le stand du lobby américain US-Cuba business, on veut croire que la machine ne s’arrêtera pas: “La relation entre les Etats-Unis et Cuba a tellement progressé, que ceux comme nous, qui travaillent dans les affaires, vont continuer de pousser. Ce sera irréversible, peu importe si Clinton ou Trump l’emporte. Le monde des affaires va maintenir ses efforts pour levers les sanctions“, assure Jofi Hanson Bond, présidente de US-Cuba business.

L’ambassade américaine à La Havane a rouvert en 2015. Depuis, les vols commerciaux entre les deux pays ont été relancés et certaines entreprises américaines ont repris leurs activités à Cuba.

En mars dernier, Barack Obama était le premier président américain en visite sur l‘île depuis 88 ans.
Il souhaite y dynamiser l’initiative privée. Mais l‘État Cubain s’accroche à ses monopoles.

Le principal obstacle reste le Congrès américain, à majorité républicain, qui refuse obstinément de lever l’embargo.